Interview

Quels seront les 3 plus gros défis des OF en 2023 ? – Notre communauté témoigne !

les défis des organismes de formation en 2023

En ce début d’année, nous sommes allés interroger les membres de notre communauté pour prendre la température de l’écosystème. Nous leur avons demandé quels seraient les plus grands défis pour les organismes de formation en 2023. 

Les 3 grands défis des OF en 2023

 

Varier les dispositifs de formations pour ne pas dépendre d’un seul type de financement.
Garder des formations de qualité, afin de préserver leurs valeurs ajoutées, malgré des financements publics qui s’amoindrissent.
Malgré de nombreux freins, étudier la faisabilité des opportunités qu’offre le marché pour son développement : proposer des formations en AFEST ? Devenir un CFA ? Déposer une certification RS ou RNCP ?

 

Travailler à construire des formations et des parcours de formation performants, répondants à la demande et aux besoins des organisations, le tout en étant hors CPF pour anticiper les difficultés de financements.
Monter en compétence sur la réalisation de parcours hybrides efficaces.
Travailler la partie commerciale, et digitale pour se faire voir, gagner en visibilité et en crédibilité.

 

  • Johann VIDALENC – Unow

Continuer une hybridation “intelligente” de l’offre de formation en fonction des thématiques de formation, des publics cibles.
Équilibrer leur business plan en devenant moins dépendant des financements publics.
Survivre dans un contexte de pré-crise avec des restrictions budgétaires côté entreprises. La partie commerciale va être fondamentale.

 

Accompagner les formateurs et experts à créer des contenus numériques de formation passionnants et efficaces.
Monter en compétences sur l’accessibilité de la formation (numérique notamment)… Enjeu stratégique et pourtant bien souvent oublié.
Anticiper la baisse des financements faciles (CPF et Apprentissage) et créer des relations plus fortes avec les employeurs.

 

Adapter leur stratégie face au changement de règles de prise en charge du CPF et ne pas dépendre d’un modèle.
Mutualiser leurs forces et compétences en créant des communautés.
Faire du e-learning non pas un outil quand la situation sanitaire l’oblige mais une véritable opportunité d’apprentissage.

 

Etre bien régulier dans toutes les actions de la démarche Qualité QUALIOPI.
Faire en sorte que la formation puisse prendre toute sa place malgré les difficultés de recrutement, les équipes parfois réduites, les planning tendus et autres surprises.
Accompagner, accompagner, accompagner et être intelligent collectivement avec cet esprit de communauté pour rester pro et pointu dans nos domaines d’intervention.

 

Adapter leur offre commerciale et leur positionnement sur le marché. La réduction à prévoir sur les formations financées par le CPF du fait de l’augmentation des contraintes va continuer d’impacter les acteurs très orientés BtoC.
Continuer à progresser sur la structuration, la qualité et le contrôle de la sous-traitance. Les pouvoirs publics et les entreprises sont de plus en plus demandeurs de ces aspects. Et je pense que le niveau demandé va continuer d’augmenter.
Se positionner sur une offre certifiante reconnue (RS ou RNCP). Même en dehors d’un financement CPF c’est un élément de plus en plus demandé. Avec la mise en place du passeport de compétence adossé au SI-CPF, mon avis est que cela va être de plus en plus déterminant.

 

Garder une offre de formations accessible et de qualité pour les personnes sans emploi, alors que le manque de financements publics dirige les OF de plus en plus vers une offre ciblée pour les entreprises.
Proposer des formations certifiantes face à une coupe nette des habilitations de France compétences. L’offre en RS ou RNCP se réduit, des quasi monopoles de certifications se créent et les personnes en besoin de formation ont moins de choix dans les compétences proposées.
Ne plus rester seul et oser mutualiser les effectifs entre OF pour baisser les coûts et garantir l’ouverture des sessions de formation.

 

Diversifier son offre de formation. Offrir des formations qui captent l’attention et la motivation des apprenants.
Allier formation humaine avec de bons formateurs et digitalisation du processus d’apprentissage.
Continuer à développer positivement son image de marque dans l’environnement compétitif de la formation.

 

Rebondir et s’adapter aux besoins du contexte.
Les financements…
Garder le cap dans la gestion du temps administratif de plus en plus lourde pour les petits OF.

 

Merci à tous ces dirigeants et salariés d’organismes de formation pour leurs réponses mesurées, à la fois optimistes et réalistes.
Et pour vous, quels seront les défis pour les mois à venir dans l’écosystème de la formation professionnelle ?

Community Builder pour Digiformag, je donne la parole et met en lumière les makers de la formation professionnelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend