Réforme Formation

De nouveaux opérateurs pour le conseil en évolution professionnelle (CÉP) au 1er janvier 2020

Quelles sont les missions du CÉP ?

Le conseil en évolution professionnelle (CÉP) est un dispositif introduit par la loi « Avenir professionnel » du 5 septembre 2019. Il a pour objectif de favoriser l’évolution et l’insertion professionnelle de tous les actifs.

Les bénéficiaires disposent ainsi d’une prestation de conseils leur permettant de :

  • dresser un bilan sur leur situation professionnelle ;
  • formaliser et d’élaborer une stratégie permettant une évolution professionnelle, une mobilité professionnelle, une transition professionnelle ou une reconversion professionnelle ;
  • bénéficier de conseils, d’écoutes, d’informations personnalisés et de soutien tout au long de leur projet professionnel
  • de vérifier la faisabilité et la pertinence de leurs projets professionnels ;
  • se lancer dans la création ou la reprise d’une entreprise.

Le conseil en évolution professionnelle est gratuit, confidentiel et accessible tout au long de la vie active. Il permet aux actifs de faire le point sur leur situation professionnelle, de développer de nouvelles compétences et d’accéder ainsi à de nouvelles certifications professionnelles.

Les nouveautés au 1er janvier 2020

Depuis le 1er janvier 2020, le service proposé par le Conseil en évolution professionnelle (CEP) est opérationnel et désormais tout actif peut bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour mettre en œuvre un projet professionnel.

De plus, de nouveaux opérateurs régionaux désignés par France compétences sont désormais chargé de mettre en œuvre des conseils en évolution professionnelle :

  • Catalys Conseil s’occupera des régions Bretagne, Pays de la Loire et Normandie ;
  • Aksis s’occupera de la Martinique ;
  • Anthéa RH de la région Corse ;
  • Tingari s’occupera de la région Hauts-de-France ;
  • Ce sont les centres institutionnels des bilans de compétences (CICB) qui ont été choisis pour le CEP dans les régions Grand Est, Bourgogne-Franche Comté, Auvergne Rhône Alpes, Province Alpes Côte d’Azur, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine.

A noter : à l’heure où nous publions cet article (9 janvier 2020), les marchés de l’île de la Réunion et de Guyane n’ont pas encore été attribués à des acteurs en conseil en évolution professionnelle.

Bon à savoir : la liste des opérateurs ci-dessus a été choisie par France Compétences après marché public. Ces structures ne peuvent assurer de prestations de conseils en évolution professionnelle qu’auprès des actifs occupés, hors agents publics.

Pour en savoir plus sur ces nouveaux acteurs chargés d’assurer un CEP, vous pouvez consulter le dossier d’informations rédigé et publié par France compétences.

Les autres publics devront s’adresser, en fonction de leur situation professionnelle à d’autres acteurs parmi lesquels :

  • pôle emploi pour les demandeurs d’emploi ;
  • l’association pour l’emploi des cadres (Apec) ;
  • à la mission locale ;
  • à Cap emploi.

Quels sont les bénéficiaires du conseil en évolution professionnelle (CEP) ?

Le conseil en évolution professionnelle (CEP) s’adresse à toutes les personnes actives, c’est-à-dire :

  • les salariés du secteur privé ;
  • les agents publics et tout salarié du secteur public (fonctionnaires, titulaires, contractuels ou vacataires) ;
  • les demandeurs d’emploi ;
  • les jeunes ayant quitté le système scolaire sans diplôme ou qualification professionnelle ;
  • les professionnels libéraux, les autoentrepreneurs ou les travailleurs indépendants.

Quelles sont les étapes de mise en œuvre d’un projet en CEP ?

Il existe différentes étapes pour mettre en œuvre un projet d’évolution professionnel par un acteur agrée ou désigné par France Compétences.

Étape 1 : un accueil individualisé

Cette première phase permet de dresser une analyse du projet professionnel du bénéficiaire. Pour ce faire, le conseiller va expliquer les objectifs et modalités de délivrance du conseil en évolution professionnelle, identifier quelles sont les compétences que l’actif peut utiliser dans le cadre de son projet ou celles qui devront être acquises.

Enfin, l’agent en évolution professionnelle doit également fournir une information actualisée et « locale » en fonction du lieu sur lequel l’actif souhaite mettre en œuvre son projet.

En effet, le conseiller doit faire part à l’actif de toutes évolutions économiques du territoire, de la situation de l’emploi, des qualifications ou formations requises en fonction du projet professionnel du demandeur et des nouveaux métiers ou filières en lien avec la transition énergétique et écologique.

Étape 2 : un conseil sur mesure

C’est au cours de cette deuxième phase que le conseiller doit analyser la faisabilité du projet de l’actif et de le formalise.

De plus, une stratégie pour la mise en œuvre du projet doit être réalisée en fonction de la situation du demandeur : nature du projet (reconversion professionnelle, reprise d’une entreprise, mobilité professionnelle, etc.), besoins du demandeur (acquisition de nouvelles compétences par exemple), et de son degré d’autonomie afin de mener à bien cette démarche.

L’issue de cette deuxième étape doit permettre au demandeur de connaître toutes les démarches possibles (formations à réaliser, services ou aides à solliciter, compensations dont il peut bénéficier) et tous les acteurs sur lesquels il peut s’appuyer pour réaliser son projet d’évolution professionnelle.

Étape 3 : accompagnement dans la mise en œuvre du projet

La dernière étape d’un conseil en évolution professionnelle (CEP) concerne la formalisation d’un plan d’actions incluant toutes les étapes et objectifs intermédiaires du projet ainsi que toutes les actions à réaliser.

Le gouvernement a dressé une liste d’éléments que doit comporter un plan d’action dans le cadre d’un projet en évolution professionnelle :

  • les dispositifs et prestations à mobiliser pour appuyer un projet en conseil en évolution professionnelle ;
  • toutes les démarches personnelles à effectuer par le demandeur et le cas échéant, l’appui méthodologique qu’elles nécessitent ;
  • un plan de financement ;
  • un calendrier prévisionnel comprenant les étapes et objectifs intermédiaires ;

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend