Réforme Formation

La co-construction du CPF entreprise/collaborateur : une stratégie efficace en 2020 ? Retour sur la conférence du 2 avril 2020 animée par Unow (Partie 2)

Politiques de co-financement du CPF

Un des principaux thèmes abordés lors de la conférence du 2 avril animée par Unow concerne la création d’une politique CPF par les employeurs. Même si ce dispositif de formation est personnel et lié à l’individu, l’entreprise peut l’intégrer comme une composante de sa politique formation afin de créer des projets communs qui répondent aux intérêts de toutes les parties prenants. Comme l’affirme Pierre Moncolos, l’enjeu est de créer “une politique de projets partagés et de l’opposition binaire et artificielle des formations qui seraient organisées soit dans l’intérêt exclusif de l’entreprise, soit dans le seul intérêt du salarié”.

Lire aussi : Quelle stratégie CPF mettre en œuvre en 2020 ? Retour sur la conférence du 2 avril 2020 animée par Unow (Partie 1)

Quelles politiques de co-investissement du CPF peuvent être créées par les entreprises ?

Le compte personnel de formation peut parfaitement être intégré dans une politique formation d’une entreprise. Cette dernière peut décider de mettre en œuvre différentes stratégies pour développer l’employabilité de ses collaborateurs :

  • Accompagner les salariés : les entreprises peuvent tout à fait proposer des ateliers ou des sessions dédiées à la prise en main de l’application « mon compte formation » lors d’événements RH par exemple. L’enjeu est également d’informer les salariés sur les possibilités du CPF.
  • Proposer un CPF sur temps de travail : le salarié peut ainsi suivre une formation sur ses heures de travail. Cela permet aux collaborateurs de ne pas poser de jours de congés ou de jours sans soldes. Toutefois, cette stratégie peut s’avérer problématique si l’entreprise décide de former un volume important de salariés. Dans ce cas de figure, il sera nécessaire qu’elle fixe certaines règles en définissant des forfaits (par exemple un versement de 200 € par collaborateur sur leur CPF) des ratios (par exemple pour la formation anglais, il est possible de se former sur son temps de travail pendant 2 jours soit 14heures et si la formation dépasse ce nombre d’heures, le salarié sera obligé de mobiliser ses congés payés ou de recourir à un congé sans soldes) ou en traitant au cas par cas en abondant individuellement chaque CPF de ses collaborateurs. Cette dernière stratégie s’avère toutefois difficile à gérer sur le long terme.
  • Mettre à disposition des formations auprès des salariés : Pierre Monclos recommande de consulter le CSE (Comité social et économique) avant de choisir un organisme de formation. Bien que cela ne constitue pas une obligation légale, cette manœuvre a pour but de se protéger juridiquement et de recueillir l’aval du plus grand nombre. Cette stratégie permet à l’employeur d’identifier les organismes de formation avec lesquels il veut travailler, de sélectionner les formations qui peuvent figurer dans la politique CPF de l’entreprise. Les RF ou RH facilitent le travail des salariés en effectuant un travail de recherches au préalable. De plus, le moteur de recherches de Mon compte formation compte de nombreuses formations ce qui rend la tâche plus ardue pour les collaborateurs de l’entreprise.
  • Négocier un accord d’entreprise sur les abondements du CPF : cette stratégie nécessite un accord de gestion du CPF ce qui signifie que ce dispositif  est considéré comme un un élément clé de leur politique formation. Les entreprises s’engagent alors à financer toutes les formations suivies par les salariés et travailleurs directement avec les prestataires de formation ainsi que la Caisse des dépôts et Consignations (CDC). Cette dernière rembourse les employeurs des montants mobilisés par les salariés dans le cadre de formations co-financés. De plus, les salariés n’ont pas à effectuer de demande dans l’application CPF ce qui simplifie considérablement le processus.

Zoom sur les versements volontaires des entreprises

L’avantage du versement volontaire est qu’il permet aux entreprises d’être exonérées de charges. Toutefois, cette stratégie présente deux inconvénients : le premier est que le salarié peut mobiliser ses fonds et suivre les formations qu’il souhaite sans avoir à en avertir son employeur, le second est que ce sera au salarié de payer l’organisme de formation et que le prix total affiché sera en TTC.

L’entreprise ne pourra pas récupérer la TVA et devra prévoir un montant d’abondement supérieur afin de prendre en compte cette taxe.

Pour réussir, cette stratégie nécessite l’instauration d’une relation de confiance entre le collaborateur et l’employeur et la mise en œuvre d’une procédure d’abondement. Enfin, il est recommandé aux entreprises de se rapprocher des organismes de formation afin de pouvoir disposer d’une traçabilité du suivi des actions de formation par les salariés.

Application CPF : où en est-on en avril 2020 ?

Carine Garchery, Directrice de projets Partenariats à la Direction de la formation professionnelle de la Caisse des Dépôts dresse un bilan positif de l’application CPF pendant entre le 21 novembre 2019 (date de mise en service de l’application) et le 29 février 2019.

Au niveau de l’application :

  • L’application a été téléchargée plus d’un million de fois.
  • 1, 2 millions de profits ont été activés (rappelons que l’activation de profil nécessite la création d’un compte ainsi que l’ajout de son numéro de sécurité sociale afin de connaître son solde d’heures de formation disponibles).
Les chiffres clés de l’application CPF
Les chiffres clés de l’application CPF

Au niveau des inscriptions :

  • 136 000 dossiers ont été acceptés (rappelons que lorsque vous vous rendez votre compte et que vous décidez d’acheter une formation, vos fonds sont automatiquement utilisés et vous réglez la différence par carte bancaire si vous ne disposez pas d’un solde suffisant).
  • 75 000 départs en formation ont été enregistrés.

Bon à savoir : depuis le début du confinement et de la crise sanitaire, les formations en ligne ont augmenté de 10 %.

Lire aussi : Le Compte Personnel de Formation (CPF) : les droits du privé et ceux du public

Application CPF : travaux et évolution en cours

Carine Garchery insiste sur les travaux qui ont été menés pour améliorer le fonctionnement du moteur de recherche de l’application.

La Caisse des dépôts et consignations prévoir un déploiement de portails « Mon compte formation » pour pôle emploi et pour les entreprises. Ces espaces sécurisés permettront à ces deux acteurs de s’identifier et de d’abonder directement les comptes des salariés. Toutefois, comme le précise Carine Garchy, le CPF demeure un droit individuel et il ne sera pas possible pour les entreprises de connaitre le solde dont dispose un collaborateur.

La crise sanitaire repousse toutefois les échéances de lancement de ces deux portails : l’espace dédié à pôle emploi devait être opérationnel en avril 2020 et celui pour les entreprises en juin 2020. Pour le moment, aucune date officielle n’a été communiquée par la Caisse des Dépôts.

Les stratégies à mettre en oeuvre pour co-construire une stratégie CPF sont nombreuses et dépendent de la volonté de chaque employeur d’investir dans ce dispositif de formation pour servir ses intérêts et ceux de ses collaborateurs. Quelle que soit l’option choisie (abondement volontaire, accord d’entreprise, CPF sur temps de travail), l’enjeu est l’accompagnement humain dans le but de faciliter la prise en main de cet outil et de créer une dynamique collective autour du développement des compétences, le maintien de l’employabilité et l’épanouissement personnel et professionnel de ses collaborateurs. 

Titulaire d’un master 2 en communication digitale à l’INSEEC Paris, je me suis très vite spécialisée dans la rédaction de contenus optimisés et dans l’animation de communautés en ligne. Après avoir travaillé pour des acteurs IT et B2C, j’ai découvert le monde fascinant de la formation professionnelle et défini des stratégies marketing pour des organismes de formation. Sur Digiformag, je vous propose de décrypter et d’analyser les impacts de la réforme de la formation professionnelle sur les organismes de formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend