Réforme 2018

5 choses qui vont changer avec la réforme de la formation professionnelle

 

Annoncée en octobre 2017, la réforme de la formation professionnelle a fait partie des chantiers phares du gouvernement tout au long du printemps. Alors que les négociations vont toujours bon train entre le Ministère du Travail et les partenaires sociaux, quelques grands piliers de cette future réforme ont été rendus publics. Au programme, un véritable “big bang” qui vise à rendre la formation professionnelle plus simple et plus transparente. De l’envie de se former au contenu des formations, en passant par leur financement, nous vous présentons 5 axes de travail en cours de refonte !

 

Le compte personnel de formation (CPF) sera désormais comptabilisé en euros

Alors qu’il était autrefois comptabilisé en heures, le compte personnel de formation sera comptabilisé en euros à la rentrée. L’objectif : remettre sur un pied d’égalité les ouvriers et les cadres, puisque les heures de formation continue de ces derniers revenaient plus cher que celles de leurs collaborateurs les moins qualifiés.

Le CPF sera également renforcé puisque les salariés pourront bénéficier d’un crédit de 500 euros par an, plafonné à 5000 euros. Pour les employés moins qualifiés, le gouvernement prévoit également de mettre plus de crédits à leur disposition en augmentant la somme annuelle à 800 euros par an et le plafond à 8000 euros.

Ce crédit annuel restera le même, que le salarié soit à temps plein ou à mi-temps : alors que la majorité des salariés à mi-temps sont généralement des femmes peu qualifiées, le gouvernement veut favoriser l’égalité des chances et leur donner à elles aussi la possibilité de monter en compétences !

 

Une nouvelle application pour bien choisir sa formation

Pour permettre aux salariés de véritablement prendre en main leur projet professionnel, le gouvernement prévoit également de sortir une application web dédiée à la formation professionnelle. En plus de référencer les formations existantes, celle-ci accompagnera le salarié dans son choix puisqu’elle lui permettra de consulter des avis, de comparer des formations similaires, et même d’accéder à des données plus qualitatives comme le taux d’insertion dans l’emploi ou le salaire prévisionnel à l’embauche.

Cette application aura également pour but de simplifier la démarche de formation : les critères d’éligibilité devront être précisés pour chaque formation, il sera possible de payer en ligne… Et il y aura des conseillers en évolution professionnelle dédiés à l’accompagnement des salariés !

 

La cotisation des entreprises ne sera plus collectée par les OPCA

A l’heure actuelle, la situation des OPCA est encore au coeur des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux, mais leur avenir est incertain. La réforme de la formation professionnelle vise à simplifier au maximum les démarches administratives des entreprises : ce seront donc les URSSAF qui collecteront la cotisation à la formation professionnelle. Les OPCA, quant à elles, deviendront un “opérateur de compétences” : un observatoire de la formation professionnelle qui aura pour tâche d’anticiper les futures compétences-clé à développer. Elles seront ainsi soutenues par les futures agences régionales “France Compétences”, chargées de certifier les formations financées via le CPF.

 

Le financement des formations sera simplifié pour les entreprises

Pour les entreprises, la réforme de la formation professionnelle devrait se passer sans heurts : le financement de la formation professionnelle sera simplifié, tandis que le taux de cotisation actuel ne sera pas augmenté. Concrètement, les deux cotisations à la formation professionnelle dont elles doivent s’acquitter aujourd’hui (le 1% formation et la taxe d’apprentissage) vont être fusionnées en une seule et même cotisation.

Autre élément encore trop complexe : l’alternance. Aujourd’hui, l’existence de deux contrats différents (le contrat de professionnalisation et le contrat d’apprentissage) constituent un véritable casse-tête pour les entreprises. A l’avenir, le circuit de financement de ces deux contrats sera unifié, sans pour autant envisager une fusion de ces deux types de contrat.

 

Les Mooc et l’e-learning feront leur entrée dans la formation professionnelle

Cette réforme vise à repenser la formation professionnelle afin que celle-ci soit plus en accord avec les besoins des entreprises. Normal, donc, que l’e-learning et les Mooc soient désormais considérés comme des acteurs sérieux ! Moins chers et plus agiles que les organismes de formation plus traditionnels, ils offrent un accès plus démocratique aux formations qu’ils proposent et valorisent de nouvelles façons d’apprendre.

Bien sûr, l’e-learning n’est pas la seule innovation pédagogique à être reconnue par cette réforme : le coaching et le micro-learning gagnent également leurs lettres de noblesse et feront partie des nouvelles actions de formation à être référencées.

 

 

La réforme de la formation professionnelle prend progressivement forme à mesure que le gouvernement lève le voile sur les différents axes d’évolution qui prendront place à la rentrée. Si certains éléments sont certains et seront implémentés dès septembre, une partie du texte dépend toujours des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux et sera donc amené à changer. Rendez-vous cet été pour de nouveaux éléments sur cette réforme !

Pour en savoir plus, retrouvez notre article “Tout savoir sur la réforme de la formation professionnelle en 2018” sur Digiformag.

Passionnée d’innovation, j’accompagne les entreprise dans la définition de leur stratégie de contenus web et j’interviens en conférences sur des sujets comme l’agilité ou la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend