Formation professionnelle

Comment, en tant que formateur, s’insérer dans le processus d’onboarding ?

Le processus d’onboarding est la nouvelle star du recrutement. Complet, bienveillant et porté aux nues, il crée une nouvelle approche de la phase post-recrutement. 

Souvent, ce dernier intègre une part de formation à la sauce de l’entreprise. 

En tant que formateur indépendant ou organisme de formation, vous avez là un merveilleux système qu’il serait rentable d’intégrer. On vous partage nos conseils pour y arriver sans trop de peine.

Qu’est-ce que l’onboarding ? 

L’onboarding, ou intégration, est un processus qui structure l’arrivée d’un nouveau collaborateur dans l’entreprise. Le processus prend des formes variées, mais il rassemble plusieurs manières d’accompagner la prise de poste. Les responsables de l’onboarding présentent :

  • Les collègues ;
  • Les outils, notamment technologiques ;
  • Les obligations et divers contrats ;
  • L’entreprise : ses valeurs, sa philosophie, sa culture, sa manière de fonctionner…

L’onboarding ne se réalise pas qu’au premier jour. En amont, les équipes chargées de l’intégration ont préparé des documents, échangé avec la nouvelle recrue et personnalisé son poste de travail. 

Ce qui nous intéresse dans le processus d’onboarding est la transmission du savoir-faire et du savoir-être de l’entreprise au nouveau collaborateur. Une charte, un site intranet, un livret d’accueil ou des réunions, c’est bien, mais ça ne suffit pas. Pour que le collaborateur s’adapte efficacement et rapidement à l’entreprise, les responsables de l’intégration aiment passer par une phase de formation. C’est là que vous entrez en jeu. 

Ce que la formation apporte à l’onboarding

Puisqu’elle est capable de faire grandir des soft comme des hard skills, la formation est un levier précieux pour l’accueil de nouvelles recrues. 

Si elles sont en manque de savoir-faire, la formation reste la clé pour leur donner les compétences suffisantes à la réalisation d’un bon travail. 

Si d’autres passent managers via le recrutement, ou s’orientent vers un métier à travers cette jeune carrière, ils auront probablement besoin et envie d’être accompagnés sur les comportements à adopter.

À lire également : L’e-learning pour apprendre les gestes techniques

L’onboarding représente pour les formateurs une opportunité commerciale

Sous réserve que les entreprises qui pratiquent ce type d’intégration ne soient pas déjà expertes, avec une équipe et des pratiques rodées, les structures de formation peuvent parfaitement trouver leur place dans l’onboarding. 

Nous vous avons concocté une liste d’éléments à étudier pour trouver vos prochains partenaires.

Qui recrute ?

Qui dit onboarding dit recrutement. Le premier élément à vérifier est donc : les entreprises en phase de recrutement.

Pour les connaître, vous avez plusieurs techniques : les sites d’emploi ou les actualités économiques. En effet, vous pouvez :

  • Lister entreprise par entreprise ;
  • Commencer votre recherche par une étude du secteur. 

Si vous proposez des formations très variées, vous serez plus efficace en étudiant les opportunités au cas par cas. 

Si vous êtes spécialisés dans certains métiers, certaines compétences ou certaines industries, vous gagnerez du temps à étudier le marché de l’emploi de façon macro. Par exemple, le recrutement dans l’industrie numérique a rarement été aussi dynamique : les entreprises embauchent à tour de bras. 

Quel est le niveau de maturité ? 

Maintenant que vous avez votre liste de prospect par intérêt, vous devez savoir où ils se situent vis-à-vis de l’onboarding. 

Ont-ils une équipe de recrutement ? Les membres de l’équipe des Ressources Humaines appliquent-ils certains principes ? Ont-ils instauré quelque chose pour les nouveaux arrivants ? 

En parcourant leur portail carrière, leurs articles de blog ou leurs actualités sur les réseaux sociaux, vous saurez assez facilement où se situe leur niveau de maturité vis-à-vis de l’onboarding. 

Après avoir écarté les entreprises qui appliquent les processus les plus poussés, visez la maturité moyenne à faible. Comment les reconnaître ? Les entreprises qui n’appliquent rien sont assez repérables, mais celles qui posent question sont celles qui disent avoir un processus d’onboarding. En effet, peu de chances qu’elles exposent ce qu’elles font dans le détail. 

Dans ce cas-là, vous n’avez qu’un moyen de savoir : leur poser la question. Contactez-les pour savoir si elles pourraient en avoir besoin, y ont déjà recours ou seraient intéressées par vos propositions. 

Comment vous intégrer ? 

Des entreprises ont intégré votre liste de prospects parce que leurs collaborateurs pourraient avoir besoin de vos formations, parce qu’elles recrutent et parce qu’elles ne font pas tout elles-mêmes. Votre créneau se trouve juste ici, là où elles manquent de savoir-faire, de temps ou de compétences. 

Afin de percer dans leur processus d’onboarding, il faudra des échanges, des rencontres et une acculturation de votre part pour bien les connaître. Ou, l’entreprise apposera sa marque sur vos supports. Quoi qu’il en soit, la formation en phase d’onboarding incarne l’entreprise, donc votre proposition ne peut pas être à côté de la plaque. 

Techniquement parlant, il faudra aussi s’assurer que votre formation ou vos modules soient disponibles en marque blanche. 

En quoi l’onboarding est-il intéressant pour les formateurs ? 

L’onboarding est intéressant pour les formateurs parce qu’il est martelé auprès des services RH. L’évangélisation est déjà réalisée, toute l’industrie mesure les enjeux d’un tel accompagnement. 

Si vous avez besoin d’un peu de matière pour convaincre, voici quelques chiffres rassemblés dans un papier de Forbes :

  • 4% des recrues quittent leur poste au premier jour ;
  • 1 collaborateur sur 5 s’en ira pendant les 45 premiers jours ;
  • Plus de 1 personne sur 2 reste au moins 3 ans dans l’entreprise si elle a été accueillie par un onboarding structuré.

 

L’onboarding représente un bon créneau business pour les formateurs. En capitalisant sur votre travail, vous gagnez vite du temps et de l’expertise auprès de chaque entreprise recruteuse. Le marché du travail est dynamique, c’est le moment de foncer ! 

Raphaele-champ-rédactrice

Diplômée d’un Master 2 en communication à Sciences Po Grenoble, je travaille essentiellement dans des domaines B2B. Après quelques expériences dans le web, je me suis spécialisée en création, optimisation et pilotage de contenus. J’évolue dans des domaines autour de la formation, des RH et du digital. Je m’intéresse particulièrement aux nouvelles méthodes d’enseignement et à la valeur ajoutée du numérique dans l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Send this to a friend