Actualité de la formation

Comment choisir sa certification ou label qualité ?

En instaurant six critères qualité, la réforme du 5 mars 2014 avait incité tous les dispensateurs de formation à mettre en œuvre une véritable démarche qualité. Le contrôle du respect des critères qualité pouvait intervenir soit par le biais d’une procédure interne, soit par la vérification que le prestataire dispose d’une certification ou d’un label qualité inscrit sur la liste établie par le Cnefop.

La même année, le compte personnel de formation (CPF) était également créé. L’objectif de ce dispositif de formation était de fournir les moyens et les droits à tous les actifs de 16 ans et plus de se former tout au long de leur vie professionnelle. Actuellement abondé en heures (et cela jusqu’au 31 décembre 2018), il sera bientôt monétisé. En effet, la loi « Avenir professionnel » vient de convertir le nombre d’heures en euros. Ainsi, les personnes qualifiées bénéficieront de 500 euros/an (plafonné à 5000 euros/an) contre 800 euros par an (plafonné à 8000 euros/an) pour les personnes les moins qualifiées. Pour choisir leurs offres de formation, les actifs devront se connecter sur une application.

Afin de proposer aux actifs une offre de formation certifiée et éligible au CPF, les prestataires peuvent procéder de deux manières différentes :

  • Mettre en œuvre un partenariat avec un organisme certificateur .
  • Construire leur propre offre de certification.

Rendre une offre de formation certifiée et éligible au CPF n’est pas un choix anodin, il s’agit en effet d’une démarche stratégique qui peut s’avérer longue et coûteuse. Si l’éligibilité de votre offre de formation au CPF n’est pas votre objectif, la certification vous permettra toutefois de répondre à d’autres enjeux : gagner de nouvelles parts de marché, développer votre portefeuille client, améliorer vos procédures internes, etc.

Nous avons dressé dans cet article une liste de questions à vous poser avant de vous engager dans une démarche de certification qualité. Par ailleurs, nous avons également défini 8 critères à étudier avant de choisir une certification ou un label qualité.

L’accréditation du Cofrac et l’éligibilité au CPF

Né en 1994 suite à l’initiative de pouvoirs publics, la mission du Comité français d’accréditation (Cofrac) est de contrôler les organismes qui délivrent des certifications, accréditions ou qualifications. Depuis la loi de modernisation de l’économie de 2008, le Cofrac est officiellement désigné comme l’unique instance d’accréditation en France.

Avec l’entrée en vigueur de la loi « Avenir professionnel », les organismes de formation qui souhaitent rendre leur offre de formation éligible au CPF devront être certifiés auprès d’un organisme certificateur lui-même accrédité par le Cofrac. Précisons toutefois que cette disposition légale n’entrera en vigueur qu’à partir du 1er janvier 2021.

Les organismes certificateurs qui disposent d’une accréditation auprès du Cofrac sont visibles sur :

  • Le site internet du  Cnefop (attention, le Cnefop sera remplacé par France Compétences à partir du 1er janvier 2019).
  • Le site internet du Cofrac.

Un référentiel national sera déterminé par décret, après avis de France compétences. Ce document devra tenir compte à la fois de l’hétérogénéité de l’offre de formation, mais également, des spécificités propres à l’apprentissage. Il permettra d’établir des nouvelles modalités mises en œuvre par le certificateur afin de satisfaire aux critères qualité.

Les questions à se poser avant de s’engager dans une démarche de certification qualité

Comment savoir si la certification qualité peut apporter une réelle valeur ajoutée à votre activité ? Pour vous aider à prendre une décision, nous avons rassemblé une liste de questions vous permettant d’évaluer la pertinence d’une telle démarche.

  •  Est-il possible d’adapter votre offre de formation à une certification déjà existante (par exemple : TOFEL, TOEIC) ou avez-vous à construire vous-même votre propre offre de certification ?
  •  La certification qualité constitue-t-elle un avantage concurrentiel sur votre marché ? Et si oui, quels bénéfices pourriez-vous en tirer ?  Pour cela, n’hésitez pas à mener une étude de la concurrence (vos concurrents détiennent-ils une certification qualité ? Si oui, quel est le périmètre de leurs certifications ?)
  • Quelle est la valeur ajoutée d’une certification qualité pour vos clients ? Est-ce un critère déterminant dans le choix d’une formation ? Il est donc nécessaire de bien connaître vos clients, mais également de prendre le temps de les interroger  (vous pouvez créer votre propre formulaire de satisfaction et l’envoyer par e-mail ou utiliser un logiciel de gestion formation pour générer un questionnaire de satisfaction).
  • De quelle manière vos clients financent-ils leurs formations ? Vos clients utilisent-ils des fonds publics ou leurs fonds propres ?
  • Quelles sont les ressources dont vous disposez ? S’engager dans une démarche de certification qualité requiert des moyens financiers importants (il est donc judicieux de vous assurer que cela ne risque pas d’entraver la pérennité de votre activité), mais également humains, car une partie de votre personnel devra se consacrer à cette mission.
  • Quel est l’objet de votre certification ? En effet, il s’agit de s’interroger sur les éléments que vous souhaitez certifier. S’agit-il de votre catalogue de formation ? De vos formateurs ? De votre système de management ? Certaines certifications peuvent porter sur un périmètre spécifique tandis que d’autres peuvent s’adapter à vos besoins.
  • Comptez-vous être éligible au CPF ? Si la réponse à cette question est oui, alors, il sera indispensable de faire certifier votre offre de formation ! Pour cela, choisissez des organismes certificateurs qui détiennent déjà une accréditation du Cofrac. Si tel n’est pas le cas, n’hésitez pas à les contacter et à les interroger pour savoir s’ils comptent se faire accréditer par le Cofrac.
  • Quelle est la stratégie de développement de votre organisme de formation ? Quels sont vos objectifs à court et moyen terme ? L’enjeu est de savoir si vous comptez investir de nouveaux marchés, conquérir de nouveaux clients (pour lesquels la certification est un critère déterminant), développer de nouvelles offres de formation, etc.

Cette liste de questions est loin d’être exhaustive et doit être étoffée et adaptée en fonction de votre situation.

Quels sont les critères à prendre en compte pour choisir sa certification ou label qualité ?

Si l’engagement dans une démarche de certification qualité répond à vos objectifs, alors il sera temps pour vous de choisir votre certification ou label qualité. Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons défini 8 critères :

  • La règlementation spécifique et relative à votre secteur d’activité. En effet, les certifications peuvent considérablement varier en fonction du marché sur lequel vous êtes implanté. En outre, vous pouvez également choisir une certification en fonction de votre statut : êtes-vous indépendant ou travaillez-vous au sein d’un organisme de formation  ? Par exemple, il existe des certifications adaptées aux formateurs indépendants (telle que la certification ICPF & PCI).
  • L’accréditation du Cofrac. Si votre objectif est que votre offre de formation soit certifiée et éligible au CFP, alors veillez à choisir un organisme certificateur accrédité par le Cofrac.
  • Les référentiels disponibles. Il est indispensable que vous disposiez des référentiels de la certification. Si ces derniers ne sont pas accessibles en ligne, n’hésitez pas à contacter directement l’organisme certificateur.
  • Les conditions de candidature. Certaines certifications ne sont pas accessibles à tous les organismes de formation. Il est donc impératif de connaître précisément tous les éléments requis par l’organisme certificateur avant de vous engager dans cette démarche.
  • La reconnaissance régionale/nationale. Votre périmètre d’intervention est-il limité à votre région ou avez-vous l’intention de vous développer dans d’autres régions ? Par ailleurs, comptez vous dispenser vos formations en France ou à l’étranger ?
  • Le coût des certifications. S’engager dans une démarche qualité peut s’avérer onéreux, il est donc important de définir un budget en amont et d’inclure également le temps passé par vos collaborateurs pour l’obtention d’une certification ou d’un label qualité. Si vous faites appel à un cabinet de conseil, les frais engendrés devront également être pris en compte.
  • Le périmètre de la certification. Certaines certifications peuvent porter sur des éléments précis de votre activité (le catalogue de formation, une offre de formation en particulier, le système de management, etc.). Il faut donc en amont déterminer votre objectif en termes de certification.

Pour de nombreux médias ou acteurs de la formation professionnelle, la réforme du 5 septembre 2018 va fortement inciter les organismes de formation à obtenir une certification ou un label qualité. Mais, la décision de certifier une offre de formation dépend de nombreux éléments (périmètre de la certification, marché sur lequel est implanté l’organisme de formation, modes de financement des clients, etc.) qui varient en fonction de chaque prestataire.

L’obtention d’une certification ou d’un label qualité peut générer une certaine lourdeur dans les processus administratifs et présenter quelques inconvénients. Ainsi, l’organisme de formation devra subir des audits annuels afin de vérifier sa conformité avec les référentiels de la certification. Ces contrôles, qui peuvent s’étendre sur plusieurs jours, risquent de nuire aux plannings des équipes puisque ces dernières devront être mobilisées. En outre, certaines règles imposées par la certification peuvent ne pas correspondre à l’activité du prestataire. Enfin, l’inconvénient majeur de la certification est d’être exposé au risque de la perdre ! Ce risque est d’autant plus important que les conséquences pour les entreprises certifiées peuvent être colossales : baisse du chiffre d’affaires, diminution du nombre de clients et perte de crédibilité.

Quoi qu’il en soit, l’acquisition d’une certification ou d’un label qualité ne doit en aucun cas dispenser les prestataires d’évaluer l’efficacité de leurs formations. Ce n’est pas parce qu’un organisme est certifié ISO qu’il est à même de répondre aux attentes de ses clients.

2 Comments

  1. Je reste perplexe de l’utilité de cet article, si ce n’est une action commercial….
    Suite à la parution du rapport lecocq et la mise en place de France compétence, il est probable que la certification des OF revienne uniquement à ce nouvel organisme.

    1. Bonjour Aubert,
      Merci beaucoup pour votre commentaire ! Cet article n’a aucunement une visée commerciale, car nous ne fournissons aucune prestation de conseils pour le choix d’une certification ou d’un label qualité. Que la certification relève de France Compétences ou d’un autre acteur de la formation professionnelle ne change rien au fait qu’un OF doive choisir un organisme certificateur et choisir lui-même sa certification ou label qualité. Et c’est là que réside l’objectif de notre article : aider les OF à choisir un organisme certificateur en leur fournissant des pistes de réflexion et des critères sur lesquels s’appuyer. Enfin, l’accréditation d’un organisme certificateur (et non d’un OF) sera très probablement confiée au Cofrac, et non à France Compétences, car il est l’organisme officiel d’accréditation en France.

Send this to a friend