Pédagogie

Et si le développement personnel s’invitait dans la formation ?

Depuis son bureau au milieu du Technopôle, Abdel fixait sa fenêtre sans parvenir à détacher son regard de l’horizon. Ce travail, il l’aimait. Après avoir traversé de nombreuses épreuves, il s’était fait sa place depuis trois ans. Abdel savait bien que de nombreuses tâches l’attendaient, mais son cerveau refusait de s’allumer. Un sentiment, qu’il essayait d’étouffer avec vigueur, ne cessait de s’imposer à lui : cette vie n’était plus la sienne. Il ne comprenait plus pourquoi il travaillait, rêvait de s’échapper, espérait se réinventer. 

Cette histoire, c’est celle d’Abdel, mais aussi de Simone, d’Alex ou de Nicolaï. C’est l’histoire de nombreux personnages, parfois fictifs, parfois réels, qui se conte dans les romans. Surtout dans ceux qui s’intéressent au cheminement individuel, à la quête de soi et à l’épanouissement, autrement appelé les ouvrages de développement personnel

De plus en plus populaires, surtout en temps de crise, les livres de développement personnel encouragent les lecteurs à valoriser leur potentiel, s’aligner avec leur être intérieur et vivre pleinement leur vie.

Tous ces lecteurs s’intéressent ou travaillent sur leur trajectoire personnelle tout au long de la journée, qu’ils soient à la maison ou au travail. C’est dans ce cadre qu’est née la notion du développement personnel professionnel. 

Mieux comprendre le développement personnel professionnel

En quelques mots, le développement personnel professionnel consiste à traduire des ressources de développement personnel dans le cadre professionnel. L’idée étant de permettre aux collaborateurs d’être heureux dans leur travail et de développer les fameux soft skills

À lire également : Action de Formation En Situation de Travail : une démarche qui va au-delà de la simple acquisition de compétences

Jusqu’à présent, le savoir-être représentait l’essence de l’individu, ce qu’il fait, pourquoi il le fait et comment il le fait. Le savoir-faire traduisait les compétences, tandis que le savoir se penchait sur les connaissances. Puisque les deux derniers points (connaissances et compétences) se normalisent, seul le comportement fait la différence. 

Avec l’arrivée du développement personnel professionnel, le savoir-être, qui était perçu comme ce qui s’intéresse de plus près à l’individu, cache en réalité une autre facette : le savoir-soi. Pour bien comprendre une personne et l’aider à évoluer, il ne suffit pas de savoir comment elle interagit avec d’autres, mais qui elle est, ce qui la motive, la freine, l’encourage ou l’angoisse. C’est justement en creusant un peu plus que le développement personnel professionnel apporte les réponses aux collaborateurs qui se sentent bloqués dans leur poste ou dans leur entreprise par manque de sens, motivation à bout de souffle ou l’impression de tourner en rond. 

La crise sanitaire a soulevé les crispations et les craintes de nombreux actifs qui se sont rendu compte qu’ils n’étaient plus alignés avec leur travail. Combien de chefs de projet digitaux travaillant en cœur de métropole s’installent à la campagne pour ouvrir une maison d’hôtes ? Combien de professeurs de yoga étaient dans une autre vie responsables d’agence ? 

Pour que les entreprises ne se retrouvent pas en pénurie de collaborateurs ou qu’elles limitent la fuite des talents, ces dernières ont tout intérêt à se pencher sur la question du bien-être au travail. Oui, les questionnaires managériaux anonymes ou les séances de team building sont importants, mais ils ne suffisent parfois plus. À contexte inédit, approche inédite. Et pour instaurer le développement personnel professionnel, rien de mieux que la formation.

Quel lien avec la formation ? 

Le développement personnel, c’est avant tout une interaction : avec soi-même ou avec autrui, le concerné se questionne, avance à son rythme, passe par plusieurs étapes et applique ses leçons à n’importe quel moment. Cela ne vous rappelle rien ? Ce processus est très fidèle à ce qui se pratique déjà dans le domaine de la formation professionnelle. 

Dans ce contexte quasi intime, le rôle de formateur est tout indiqué. Il n’est ni manager, ni conjoint, ni famille, ni collègue, ce qui le rend plus objectif et lui apporte le recul nécessaire à la bonne conduite de ce parcours. 

À lire également : Comment mieux comprendre ses apprenants en e-learning ?

Le cadre de la formation est également approprié. L’objectif étant d’accompagner son apprenant dans son évolution, mais aussi de transmettre des soft skills. Ici, point de gestion du stress ou de communication persuasive. On s’intéressera à l’individu dans sa globalité : apprendre à se connaître, se remettre en question, interagir avec autrui, se positionner selon ses valeurs… Le format de la formation peut rester identique, seul le sujet change. 

Une approche porteuse

Le sujet vous intéresse, mais vous ne savez pas comment le promouvoir ? Reposez-vous sur les bons sentiments des Ressources Humaines : parlez de l’importance des soft skills, du développement du savoir-être, du bien-être au travail. Puisque le bien-être au travail repose sur le bien-être individuel, les entreprises ont tout à gagner à s’intéresser au sujet. 

Un salarié plus heureux est également un salarié plus productif, plus motivé, et plus force de propositions. Il développera de nouvelles trajectoires, sera plus créatif dans la résolution de problème, moins absent et moins enclin à partir. 

Le développement personnel professionnel ne garantit toutefois pas d’améliorer le fonctionnement d’une équipe ou de résoudre les problèmes managériaux. 

Le développement personnel professionnel est une approche intéressante pour un collaborateur, une entreprise et un formateur. Aujourd’hui, les professionnels du créneau se positionnent en tant que coach, mais rien n’empêche de s’intéresser au sujet en tant que formateur. 

Par ailleurs, le développement personnel professionnel ne fait pas obligatoirement l’objet d’une formation à part entière. Certains sujets qui vous touchent plus peuvent former des modules et quelques notions s’insèrent assez facilement dans votre contenu pédagogique. 

Si le sujet vous intéresse, penchez-vous sur les propositions des coachs ou d’autres formateurs, les livres de développement personnel ou les rapports de bien-être au travail, vous trouverez de la matière. Puisque le sujet est encore neuf, peu de sources analytiques existent, mais les inspirations existent sous plein de formes !

Raphaele-champ-rédactrice

Diplômée d’un Master 2 en communication à Sciences Po Grenoble, je travaille essentiellement dans des domaines B2B. Après quelques expériences dans le web, je me suis spécialisée en création, optimisation et pilotage de contenus. J’évolue dans des domaines autour de la formation, des RH et du digital. Je m’intéresse particulièrement aux nouvelles méthodes d’enseignement et à la valeur ajoutée du numérique dans l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Send this to a friend