Tutos

Développer ses qualités d’orateur

Dans les épisodes précédents, Régis le formateur essayait de vous apprendre les ficelles du boursicotage mais il était victime du terrible syndrome du powerpoint qui faisait décrocher tous ses élèves.

Bon, vous l’avez compris, Régis n’avait pas vraiment préparé sa formation. Il avait donc beaucoup de travail à faire pour devenir un présentateur du tonnerre.

Pour commencer, il a opté pour un outil plus interactif afin de faire participer son auditoire à l’aide de Genially.

Il a ensuite restructuré ses propos afin de permettre une meilleure compréhension de ses différents chiffres & graphiques. Sa présentation vous semble à présent bien plus abordable.

Enfin, pour enterrer définitivement votre téléphone, et capter toute votre attention, il a choisi une mise en forme plus impactante pour faciliter la mémorisation. Vous vous souvenez du chat des réseaux sociaux qui avait capté toute votre attention et bien Régis l’a même utilisé pour illustrer les choses à ne pas faire ! Qu’il est fort.

Pour autant, il n’est pas encore tiré d’affaires car sa voix monocorde conserve un pouvoir extrêmement soporifique. Par ailleurs, il fuit votre regard et on voit bien qu’il cherche souvent ses mots. Quelques-unes de ses boutades tombent à plat, le rendant particulièrement nerveux.

Voyons à présent dans cette vidéo quelques conseils pour faire de lui une bête de scène, un véritable champion de la transmission !

Conseil n°1 : Soigner sa communication non verbale.

Ce premier conseil est certainement le plus difficile à mettre en place ! Et pour cause, si on a si on ne s’en rend pas forcément compte, on estime que la parole ne représente que 30% de notre communication, les 70% étant dus à la gestuelle.

On le remarque d’ailleurs en un instant si une personne est à l’aise, heureuse ou effrayée, sauf si cette dernière est joueuse de poker professionnel !

Pour améliorer cette communication physique, il faut déjà s’arrêter un instant et prendre pleinement conscience de son corps : ancrer ses 2 pieds dans le sol, visualiser notre posture et poser ses 2 points sur les hanches. On parle de position de puissance pour se donner une contenance.

Il faut ensuite travailler sa respiration pour notamment parler par le ventre.

Enfin pensez à regarder vos apprenants, capter leur regard les force à vous écouter et suivre vos propos.

Conseil n°2 : Travailler ses silences…

Le silence peut être étourdissant et parfois gênant. Pourtant c’est un merveilleux allié pour capter l’attention et l’écoute de vos élèves. Personne n’aime écouter quelqu’un en continu, les informations défilent et sont difficiles à percevoir.

Alors que ponctuer son discours de quelques silences bien placés vous permettra de reprendre votre souffle, réfléchir à ce vous allez dire ensuite et laissera le temps à votre auditoire d’assimiler ce que vous venez de lui raconter. C’est gagnant gagnant donc !

Conseil n° 3 : S’entraîner c’est la clef !

Il n’y a pas de mystère Johnny n’aurait pas allumé le feu, s’il avait suffit d’une étincelle ! Non il a répété des heures durant ses chansons, ses spectacles étaient réglés au millimètre prêt. L’improvisation est certes très savoureuse mais elle n’est permise que lorsque le reste est bien rodé.

Alors oui vous ne ferez certainement pas Bercy, mais offrez un moment fort de formation à vos apprenants en travaillant votre discours. L’exercice le plus efficace étant de se filmer en train de répéter : c’est le meilleur moyen de repérer vos tics de langage, les tournures de phrases qui fonctionnent et celles qui vous donnent du fil à retordre… Mais surtout de voir la posture que vous adoptez naturellement ! Hop une fois que c’est dans la boîte, à vous les possibilités de vous corriger.

Répéter ne veut pas dire apprendre par cœur ! Pour avoir bien en tête votre discours sans passer pour un robot, utilisez des moyens mnémotechniques.

C’est à dire que vous allez associer des images mentales aux concepts que vous devez exposer. Telle une histoire connue de vous seul qui permettrait l’enchaînement d’idées. Ainsi le jour de votre présentation, il vous suffira de repenser à cette petite histoire pour retrouver le fil conducteur et retranscrire les éléments clefs !

Conseil n° 4 : Sortir de sa zone de confort !

Pour donner du pep’s à une formation qui s’essouffle, pensez à utiliser des “ice breakers”. Ces techniques permettent d’interagir avec le public et de détendre l’atmosphère. En plus de ça, ils vous permettront de ne pas rester en pilote automatique si vous avez l’habitude de faire ces présentations car chaque public est unique et les réactions seront forcément différentes. Découvrez comment les utiliser ici !

Prenez des exemples à la volée dans votre auditoire afin d’illustrer vos propos et surtout d’intégrer votre public à la présentation. Ce dernier sera bien plus attentif si on l’utilise comme référentiel dans un contexte donné.

Régis et vous-même avez maintenant de nombreuses clefs à disposition pour transcender vos apprenants ! N’hésitez pas à partager vos conseils de formateurs aguerris en commentaire !

Ancienne formatrice indépendante sur les sujets de transition numérique pour de grands groupes, je travaille aujourd’hui pour Digiforma sur la partie e-learning du logiciel tout en aidant les utilisateurs à se familiariser à la plateforme : la formation continue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend