E-learning, Interview

« Comment je suis devenu tuteur en ligne pour des formateurs professionnels » Découvrez le témoignage de Marcel Gonzalvez

Marcel Gonzalvzz, tuteur pour formateurs professionnels

De quelle manière se déroule une séance de tutorat en ligne ? Quelles sont les spécificités de cette modalité pédagogique et comment bien la préparer afin que les apprenants puissent en tirer entière satisfaction ? Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé Marcel Gonzalvez, un formateur de formateurs spécialisé dans le tutorat en ligne.

Pour quelles raisons avez-vous choisi de devenir formateur de formateurs ?

Après une carrière de presque 30 années dans l’ingénierie informatique, j’ai décidé de profiter d’un congé formation pour me former auprès d’un centre formation et de devenir formateur de formateurs. Le fait de devenir formateur de formateurs est un choix personnel, c’est une manière pour moi de transmettre mes compétences et mon savoir-faire. De plus, j’avais accumulé plusieurs années d’expériences professionnelles en tant que formateur informatique

Quelles sont les principales prestations que vous proposez à vos clients ?

Aujourd’hui, je propose principalement deux types de prestations : la formation de formateurs qui permet à des individus de  devenir formateurs professionnels et le consulting où je suis amené à suivre des formateurs sur une période plus longue (3 mois) et à planifier des rendez-vous hebdomadaires ou bimensuels. J’ai créé deux programmes dédiés à la formation de formateur :

  • Ma formation phare intitulée « Lancer votre business de formateur indépendant en 6 semaines » dont les principaux points forts sont : un accompagnement personnalisé sur un projet concret, une première formation en vente dans les 6 semaines, l’acquisition automatisée de prospects qualifiés, la possibilité pour les clients des formateurs d’obtenir un financement de leur formation, une session garantie pour pouvoir démarrer la formation même si la session est ouverte uniquement pour 1 personne. En outre, la formation peut être financée via un compte personnel de formation (CPF) sur la plateforme « Mon compte formation ». Elle est ouverte à toutes les personnes qui sont en création d’entreprise.
  • J’ai créé le programme de formation : « Concevoir une formation professionnelle pas à pas » pour les experts qui veulent seulement apprendre à structurer leur contenu.

Ces 2 programmes sont aussi disponibles en consulting.

Pouvez-vous nous décrire la typologie de vos clients ?

Actuellement, mes clients sont issus de différents secteurs d’activité, mais ils se segmentent comme suit :

  • Des indépendants qui souhaitent développer une activité de formation.
  • Des salariés qui souhaitent devenir formateurs et veulent s’appuyer sur leur expérience du terrain pour transmettre leurs compétences.
  • Des demandeurs d’emploi qui souhaitent lancer une activité de formation professionnelle.

Pour quelles raisons avez-vous choisi le tutorat en ligne comme modalité pédagogique ?

Il y’a d’abord une conviction personnelle, car je considère que le tuteur doit être dédié à la réussite de ses apprenants et qu’il constitue un élément clé sur lequel ces derniers peuvent s’appuyer. Toutefois, il existe d’autres raisons plus objectives qui m’ont incité à proposer des sessions de tutorat :

  • Le tutorat en ligne s’effectue à distance ce qui offre plus de flexibilité et me permet de réduire mes coûts (liés aux frais de déplacement ou à la logistique) et ceux de mes clients.
  • Toutes mes formations comportent des séances pédagogiques et des séances de tutorat et cette façon de travailler répond parfaitement à ces objectifs.
  • Il y’a également une raison juridique. En effet, en analysant les textes réglementaires de la loi « Avenir professionnel », j’ai pu constater que le législateur insistait, dans les articles consacrés à la formation à distance (D6313-3-1), sur la nécessité de fournir une assistance pédagogique et technique aux apprenants. Le tutorat répond parfaitement à ces exigences puisque le stagiaire est accompagné tout au long de son parcours de formation et ne sent jamais isolé. Un deuxième article de cette loi traite également de l’AFEST (action de formation en situation de travail) et insiste sur la nécessité de désigner un tuteur (D6313-3-2). Même si ma formation s’effectue à distance, je remplis le rôle du tuteur et mets mon client en situation de travail lorsque par exemple je lui demande de concevoir un programme de formation.
  • Enfin, la dernière motivation au choix du tutorat en ligne réside dans ma façon de travailler. Du fait de mon passé d’ingénieur, je travaille toujours en « mode projet » et mon but est de pouvoir accompagner mon apprenant tout au long de son projet de formation. Le tutorat correspond parfaitement à cette manière de faire d’autant plus qu’il me permet de personnaliser le contenu de ma formation en fonction des attentes de mes stagiaires.

Lire aussi : « L’AFEST introduit un changement de mode managérial au sein de l’entreprise » Interview de Luc Lecerf, expert AFEST

Pouvez-vous nous dire comment se déroulent vos séances de tutorat en ligne ?

Toutes mes sessions de formation comportent deux parties : une partie pédagogique et une partie tutorat. La durée de ces séances est d’environ 1 heure et a lieu en moyenne deux fois par semaine. Je considère en effet que cette fréquence est adéquate et efficace pour permettre à mon apprenant de réussir pleinement dans son projet.

Au cours de notre première séance de travail, je demande à mon apprenant de réaliser sa première activité qui consiste à définir un planning de formation sur lequel nous travaillons ensemble. Je profite de ce premier échange afin de lui expliquer comment va se dérouler la formation et lui communiquer toutes les informations dont il a besoin.

À la fin de chaque séance de tutorat, le stagiaire doit réaliser des activités données et fournir ses premiers livrables. Dans la formation phare que je propose, il existe 24 activités.

Quelles différences faites-vous entre la partie pédagogique et la partie tutorale ?

Dans la partie pédagogique, la communication est principalement descendante et c’est donc à moi d’apporter des informations à mon stagiaire. Il s’agit d’une phase d’apprentissage. En tant que formateur, j’utilise la méthode expositive qui me sert à réaliser à présenter des informations données. Je n’hésite pas également à varier les outils pédagogiques et à user de méthodes interrogatives afin d’amener mon apprenant à interagir en lui posant des questions. Par ailleurs, et ce dès la première séance, je m’attelle à la tâche d’identifier les réactions et comportements de mon stagiaire afin d’adapter ma formation en fonction de son feed-back.

La seconde partie qui est dédiée au tutorat consiste en la mise en la réalisation d’activités par l’apprenant. Nous débriefons toujours ensemble les éléments concrets sur lesquels a travaillé mon stagiaire. Ainsi, en tant que tuteur, je lui propose des améliorations qu’il est bien évidemment libre d’accepter ou de refuser. Je considère qu’un tuteur doit proposer et non imposer. Je tiens en effet à responsabiliser mes apprenants.

Le tuteur joue également un rôle de coach, il est là pour motiver « ses troupes » et les booster lorsque ces derniers sont démotivés. Il est donc impératif de les féliciter lorsque ceux-ci ont correctement réalisé une activité afin de les aider à avancer et à concrétiser leurs projets.

Lire aussi : Tutoriel : comment transformer un cours présentiel en e-learning ?

Est-ce que vous concevez un scénario tutoral ? Si oui, pouvez-vous nous en dire plus ?

Je construis un scénario pour toutes mes séances de tutorat. Le scénario tutoral s’imbrique totalement dans une ingénierie de formation puis dans un deuxième temps dans une ingénierie pédagogique. Concrètement, cela signifie que je vais déterminer à l’avance quelles sont les activités que doivent réaliser mes apprenants, à quels moments ils doivent les faire et quels livrables ils doivent me fournir.

Les termes d’ingénierie pédagogique et ingénierie de formation peuvent quelques fois être confondus, quelles différences faites-vous entre les deux ?

Ces notions théoriques sont des éléments clés sur lesquels va s’appuyer un formateur afin de construire une offre de formation.

Je considère pour ma part que l’ingénierie de formation est celle qui doit être effectuée à haut niveau par le formateur. Pour la mettre en place, le formateur doit définir des objectifs à sa formation, analyser les besoins de ses apprenants et définir un cadre global et général à la formation. Il faut également définir les modalités de formation (en présentiel, à distance, en situation de travail, etc.) et rédiger un programme de formation.

Dans l’ingénierie pédagogique, il s’agit surtout de « mettre les mains dans le cambouis » et d’entrer dans le vif du sujet. Le formateur va concevoir un guide d’animation, élaborer un fil conducteur et construire un plan structuré en définissant des sous-objectifs et en déclinant ces derniers jusqu’à être capable de découper le contenu de la formation en grains pédagogiques. La réalisation des supports de formation est également une étape importante de l’ingénierie pédagogique.

Quels sont les livrables que vous délivrez à vos clients avant/pendant et après les séances de tutorat ?

Les livrables varient en fonction des différentes étapes qui jalonnent les parcours de formation de mes apprenants :

  • Au début de la formation : le livret des activités qui comporte un descriptif de toutes les activités à réaliser par l’apprenant. Ce document a été conçu pour être imprimé, car il comporte pour chaque activité une page dédiée à cette dernière et une seconde page qui lui sert à annoter certains éléments.
  • Pendant les séances pédagogiques et de tutorat : le diaporama que je projette est une ressource que je fournis à mon apprenant. Cet élément constitue une base de discussion entre mes apprenants et moi-même.
  • Après la formation : mes apprenants reçoivent une copie de tous les documents sur lesquels ils ont travaillé. De plus, ils ont accès sur la plateforme de formation en ligne sur laquelle je travaille à tous les modèles de documents (tels que le modèle du programme de formation par exemple).

Et pour conclure cet entretien, que recommanderiez-vous aux autres organismes de formations qui souhaitent se lancer dans le tutorat ?

Il y’a plusieurs conseils que je peux donner aux organismes de formation qui souhaiteraient intégrer cette modalité pédagogique :

  • Définir les objectifs du tutorat. Il est important de penser d’abord aux résultats obtenus par les stagiaires. Un formateur doit être capable de répondre à la réponse suivante « en quoi le tutorat va permettre de répondre aux besoins de mes apprenants ? ».
  • Mettre en place des actions pour soutenir le stagiaire. Le tuteur ou le formateur/tuteur doit encourager, motiver ses apprenants et être à l’écoute de leurs besoins.
  • Former les formateurs au rôle de tuteur. Il s’agit en effet d’un métier à part entière qui nécessite un apprentissage propre et l’acquisition de compétences spécifiques.
  • Intégrer un « face à face » avec l’apprenant. Je sais qu’il existe des tutorats de groupe, mais je trouve qu’il est important de pouvoir dialoguer et échanger individuellement avec chacun de ses stagiaires. Même si certains d’entre eux peuvent sembler intimidés, ces entretiens plus « intimes » permettent aux apprenants de se livrer et ainsi de vous communiquer leurs craintes, leurs difficultés et leurs besoins.
  • Se doter d’outils afin de faciliter le parcours du stagiaire. Les nouvelles technologies doivent être au service de l’apprenant. Pour ma part, j’utilise des outils de visioconférences en face à face (tels que Skype), des outils de marketing et de créations de contenus de formation (tels que Systeme.io), des outils de prise de rendez-vous (par exemple Calendly) afin de simplifier les échanges avec mes apprenants. Pour mes vidéos et podcasts, j’utilise également le logiciel Screenflow qui me permet d’enregistrer mes propres interventions et de disposer d’un outil de voix off. Enfin, et cela peut sembler banal, mais je considère que le téléphone est un outil à intégrer dans un parcours pédagogique tutoral. L’apprenant doit pouvoir appeler son tuteur s’il est bloqué ou qu’il fait face à une difficulté.

Textes réglementaires : 

Titulaire d’un master 2 en communication digitale à l’INSEEC Paris, je me suis très vite spécialisée dans la rédaction de contenus optimisés et dans l’animation de communautés en ligne. Après avoir travaillé pour des acteurs IT et B2C, j’ai découvert le monde fascinant de la formation professionnelle et défini des stratégies marketing pour des organismes de formation. Sur Digiformag, je vous propose de décrypter et d’analyser les impacts de la réforme de la formation professionnelle sur les organismes de formation.

2 Comments

    1. Bonjour Delnatte,

      Merci pour votre commentaire. Notre newsletter est envoyée chaque mois et vous permet de lire tous les derniers articles publiés. N’hésitez donc pas également à naviguer sur notre magazine en ligne pour consulter les articles les moins récents. Nous couvrons toute l’actualité de la formation professionnelle, e-learning, gestion de la formation etc.

      A très bientôt sur Digiformag’ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend