Logo Digiformag
, E-learning, Pédagogie

Former des profils neuroatypiques

Sommaire

Et si vous aviez l’occasion d’accompagner Poincaré, Newton ou Zuckerberg dans leur apprentissage ? Alléchant, mais pas si simple ! Ces vedettes intellectuelles font en effet partie de ceux que l’on appelle les « neuroatypiques », ceux qui se fraient leur chemin à travers notre monde.

Penser aux profils neuroatypiques est indispensable pour que votre formation soit attrayante et adaptée à tous. De la considération des différences de chacun à la personnalisation de votre accompagnement, quelques pistes de réflexion…

Qu’est-ce qu’une personne neuroatypique ?

En 1998, la psychologue Judy Singer théorise le concept de neurodiversité en observant les comportements mystérieux de sa fille à la maison et à l’école. Elle soulève alors la question d’une norme neurologique qui scinderait les individus en deux parties :

  • celle des neurotypiques qui disposent d’un fonctionnement cérébral commun ;
  • celle des neuroatypiques dont les caractéristiques et les schémas de pensée peuvent différer des normes établies. Que ce soit en termes de compétences sociales, d’appréhension sensorielle ou encore de traitement de l’information.

Cette distinction n’a pas pour but de créer une ségrégation sociale, loin de là. Elle permet surtout d’intégrer la différence pour proposer un autre modèle que celui régi par la norme. Le tout, afin de créer un environnement accueillant pour chacun.

Bonne nouvelle : 25 ans plus tard, la discussion s’est enfin démocratisée. Grâce à un entourage plus attentif et informé, la neuroatypie peut être détectée dès le plus jeune âge, bien que certains diagnostics soient encore tardifs.

Les profils neuroatypiques sont divers et englobent :

  • les troubles du spectre de l’autisme (TSA), notamment le syndrome d’Asperger ;
  • les « dys » : dyslexie, dyspraxie, dysphasie, dysorthographie, dyscalculie, etc. ;
  • les TDA-H : les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité ;
  • les hauts potentiels intellectuels (HPI) et hauts potentiels émotionnels (HPE) ;
  • les hypersensibles.

Quoi qu’il en soit, les problématiques rencontrées par les personnes neuroatypiques se poursuivent à l’âge adulte, que ce soit dans le monde professionnel ou dans le cadre d’une formation. C’est à ce moment-là que votre rôle devient crucial.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=jfwRegf4mE0[/embedyt]

 

Pourquoi adapter son offre de formation aux personnes neuroatypiques ?

À l’heure où l’inclusion n’est plus un gros mot, il est essentiel de prendre en compte les caractéristiques atypiques afin de garantir une égalité des chances, notamment en termes d’apprentissage et de parcours professionnel. D’autant plus lorsque la Fédération Française des Dys (FFDys) nous apprend que 20 % de la population est considérée comme neuroatypique !

Si elles ne sont pas prises en compte, les spécificités des personnes neuroatypiques peuvent impliquer des risques pour leur santé physique et mentale : dépression, burnout, anxiété généralisée, etc. Afin de se conformer au cadre (parfois exigu), bon nombre d’entre elles tentent d’ailleurs de dissimuler leurs troubles. Si vous faites le choix d’une formation inclusive, vous créez une ouverture de la parole bienveillante tout en vous rapprochant de l’adaptive learning.

Plus qu’un ajustement, votre formation peut également apparaître comme une réelle alternative pour les individus neuroatypiques qui présentent des signes d’anxiété sociale, notamment lorsqu’elle repose sur le principe de l’e-learning. Grâce à l’apprentissage à distance, fini les appréhensions et les inconforts.

Comment adapter votre formation aux apprenants neuroatypiques ?

Des entreprises commencent à s’engager en faveur de la diversité cognitive, comme Orange et son dispositif Neuroteam qui offre un accompagnement des personnes neurotaypiques avec un double objectif pédagogique et informatif. Une telle démarche semble pouvoir être transposée au monde de la formation. Si, comme son nom l’indique, la neurodiversité évoque une multiplicité des profils, commencez par ouvrir la discussion sur ce sujet. Ainsi, vos apprenants pourront vous communiquer leur diagnostic. Pour la suite, voici quelques conseils méthodologiques sur lesquels vous appuyer.

Individualisation de la formation

Les profils neuroatypiques étant divers, personnalisez la formation en tenant compte de leurs intérêts, de leurs compétences et de leur style d’apprentissage. Soyez flexible et adaptez vos méthodes pédagogiques afin de répondre à leurs besoins spécifiques. Par exemple, vous pouvez ajuster la durée des séances en fonction de la capacité de concentration de la personne.

Communication claire et adaptée

Utilisez un langage clair, simple et perceptible pour échanger avec des personnes neuroatypiques. Donnez des instructions précises et prenez le temps de repérer si les apprenants perçoivent le monde plutôt en images, en mots, ou en motifs afin de varier vos supports pédagogiques. Encouragez-les à poser des questions et à exprimer leurs besoins ou leurs préoccupations.

Pédagogie du concret

Généralement, les apprenants neuroatypiques ont une préférence pour le concret et évitent les activités en équipe. Par conséquent, certaines techniques sont à privilégier :

  • les exercices pratiques ;
  • les études de cas ;
  • la formation à distance et flexible dans le temps ;
  • les simulations ;
  • les logiciels interactifs ;
  • l’entraînement à la tâche.

Structuration de l’environnement

Créez un environnement d’apprentissage structuré et prévisible. Fournissez des routines et des horaires clairs, en indiquant les activités prévues et les transitions entre celles-ci. De telles précisions rassurent et laissent l’énergie disponible pour se concentrer sur le contenu de la formation. Utilisez des repères visuels, tels que des pictogrammes ou des tableaux de tâches pour aider à organiser les activités.

Offrir un environnement structuré est clé pour la formation des personnes neuroatypiques

Suivi et évaluation

Évaluez régulièrement les progrès des apprenants neuroatypiques et identifiez les domaines qui nécessitent un soutien supplémentaire. En tant que personne ressource, fournissez un accompagnement personnalisé pour maximiser leur réussite. Il serait également intéressant de laisser votre formation disponible plus longtemps qu’à l’accoutumée, à titre de rappel ou de confirmation.

Former des adultes neuroatypiques est une aventure stimulante et enrichissante. En adoptant une approche inclusive, en adaptant les méthodes pédagogiques et en favorisant leur autonomie, vous contribuerez à construire un monde où chaque individu peut s’épanouir. Lancez-vous dans cette formidable entreprise et les apprenants neuroatypiques vous remercieront !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Participer à notre prochain webinaire

Abonnez-vous à notre format papier

Digiformag Magazine - Edition 6 - Automne 2023

Formalerte : outil automatisé de veille pour la formation professionnelle

Newsletter

Participez à notre enquête sur les OF et l'IA

 

Enquête l'IA va- t-elle impacter la vie des organismes de formation - Digiformag

Je participe à l’enquête !

Les plus lus

Webinaire – Comment la V9 va impacter les OF sur la sous-traitance ?

Réforme de la formation : ce qui va changer d’ici 2022

OF > Comment rendre vos formations éligibles au CPF ?

Créer sa première formation professionnelle

Créer son organisme de formation professionnelle

titre certifié au RNCP

Qu’est-ce qu’un titre certifié et comment l’enregistrer au RNCP ?

résumé des 7 critères Qualiopi

Les 7 critères de Qualiopi : ce qu’il faut savoir

© 2024 Digiformag – Le magazine / blog de la formation pour organismes et formateurs par Digiforma – Tous droits réservés | Mentions légales | Contact

×