E-learning

Se mettre au e-learning : ce n’est pas si facile !

 

Dans le secteur de la formation, comme ailleurs, le numérique a des allures d’Eldorado. Et c’est normal ! Les pratiques évoluent et nous sommes de plus en plus connectés : un adulte aujourd’hui passe en moyenne 4 heures par jour derrière un écran, et nous sommes nombreux à croire que nous sommes à un clic de l’information dont nous avons besoin.

L’Etat a bien pris note de l’évolution des pratiques des salariés, et cela ressort de la nouvelle réforme de la formation professionnelle : celle-ci multiplie les appels de pied à la formation digitale. D’abord, bien sûr, avec cette fameuse application destinée aux salariés et qui devrait leur permettre de gérer leur projet professionnel en toute autonomie depuis leurs smartphones. Mais aussi en choisissant de convertir le CPF en euros. Les heures accumulées par les salariés jusqu’à aujourd’hui seront donc converties en euros dans le courant de l’année 2019, à hauteur de 14,28 euros par heure de formation : c’est beaucoup moins que les prix habituellement pratiqués par les organismes de formation ! Pour les formateurs, le message est clair : s’ils veulent compter sur l’Etat pour financer leurs formations, ils vont devoir s’adapter… Et l’e-learning peut être une solution. Créer et distribuer une formation entièrement numérisée coûte moins cher à produire, à entretenir, et à vendre… Tout en donnant au formateur la possibilité de toucher plus de personnes !

Pourtant, si l’e-learning est une excellente idée sur le papier, il n’est en réalité pas si facile de le mettre en place dans son propre organisme de formation. Nous avons posé la question à 3 formateurs très différents qui ont choisi de se mettre au digital learning : à quoi s’attendre lorsqu’on décide de passer le cap de la formation numérique ?

Pourquoi faire du e-learning ?

Si l’e-learning est dans l’air du temps, cela ne signifie pas qu’il faut foncer tête baissée pour créer ses premières formations : prendre en main les outils et construire une formation intéressante qui va créer et maintenir du lien avec ses stagiaires est compliqué, et sans une vraie motivation, cela peut vite devenir une prise de tête sans nom !

Pour Véronique par exemple, l’e-learning est devenu une nécessité, un moyen de pérenniser son activité au-delà des contraintes de temps et de lieu : “J’ai essayé de programmer des sessions de formation présentiel dans un domaine particulier où les gens sont très peu disponibles et j’ai été obligée de les annuler les unes derrière les autres, pour manque d’inscription. Donc je me dis qu’avec l’e-learning, ils ne pourront pas dire qu’ils ne sont pas dispos ! “. Pour Pascale, c’est différent, l’e-learning lui donne l’opportunité d’expérimenter de nouvelles façons d’enseigner La digitalisation apporte sa pierre à la transformation des modalités d’apprentissage : on rend la formation accessible au plus grand nombre et on facilite l’apprentissage !”. Pour Sami, enfin, plus à l’aise avec les outils numériques, se mettre au e-learning, cela permet “d’avoir un revenu passif : on travaille une fois sur la formation et elle reste en ligne.

Augmenter son audience, démultiplier sa créativité pédagogique, maintenir le lien avec ses stagiaires, sauver son activité… Il existe plein de bonnes raisons de se mettre au e-learning, mais c’est important de le faire parce qu’on y croit, et non pas parce qu’on s’y sent obligé : entre l’envie et le résultat, il peut y avoir une vraie différence et l’exécution est très importante.

A quoi s’attendre quand on décide de faire du e-learning ?

Vous avez identifié une excellente raison de vous mettre au e-learning ? Les ennuis ne font que commencer ! Nous avons demandé aux formateurs pratiquant le e-learning quels sont les freins auxquels s’attendre quand on décide de digitaliser sa formation.

Pour Véronique, il faut d’abord repenser l’intégralité de sa formation au format numérique : “Le premier frein est d’abord la création de la formation en e-learning sur le plan matériel. Moi j’ai choisi de filmer le powerpoint que j’avais créé. D’autres formateurs vont préférer le faire en e-book, mais c’est n’est pas forcément plus facile puisqu’il faut faire attention aux fautes..!”.  Dans un réquisitoire contre le e-learning, le formateur Jean-Pascal Mollet compare les formations en e-learning à des “cahiers de vacances numériques”. Et si personne n’a jamais aimé faire ses cahiers de vacances, il y a une bonne raison ! Ce sont des supports sans interactivité. Créer sa formation en e-learning c’est un vrai challenge : il ne suffit pas de reprendre les éléments de sa formation classique, il faut parvenir à maintenir le lien humain tout en automatisant une partie des processus. Pour Sami, d’ailleurs, c’est l’un des gros freins du  du e-learning : “Si on a une approche de la formation basée sur le contact et les échanges entre les participants (ce qui est mon cas), on aura du mal avec le caractère unidirectionnel et l’absence de réactivité des cours en ligne.

Pour Pascale, c’est le choix des outils qui a posé souci, il est difficile de “s’y retrouver dans l’offre existante de LMS (Learning Management System). La bonne pratique c’est d’identifier ses critères de choix et de comparer ça avec le temps nécessaire pour construire son offre en pratique.” Des logiciels pour construire son offre e-learning, il y en a des tas ! Mais comme le dit Pascale, plusieurs éléments entrent en ligne de compte pour bien choisir sa plateforme e-learning : le prix, l’ergonomie, les fonctionnalités disponibles… Il ne faut pas hésiter à tester le logiciel pour bien le prendre en main et voir comment il est utilisé par les stagiaires !

Enfin, il ne suffit pas de créer une formation en e-learning, encore faut-il la vendre ! Sami nous raconte : “Soit tu vends ta formation à une plateforme, c’est eux qui la commercialisent et ça ne rapporte pas beaucoup… Soit tu la fais toi-même mais tu dois la promouvoir par toi-même également. Et ça, contrairement à ce qu’on imagine, ça demande énormément de travail ! Faire de l’e-learning, c’est pour des gens qui s’y connaissent un minimum dans le marketing digital.

Je veux me mettre au e-learning : outils et bonnes pratiques

Alors faut-il baisser les bras tout de suite ? Pas de panique, se mettre au e-learning demande du travail, de la créativité, et l’envie de bouleverser ses habitudes, mais ce n’est pas impossible ! Voici quelques bonnes pratiques pour construire sa première formation à distance. 

Pour Pascale, rien de sert de courir, il faut partir à point : “On prend un papier, un crayon et on réfléchit aux contenus. Rien de tel qu’un bon mindmapping pour construire le parcours de l’apprenant !”.  Dans un premier temps, pourquoi ne pas faire du Blended Learning ? En mixant animations en présentiel et activités en ligne à réaliser, vous pourrez construire votre offre pas à pas et vous approprier les différents outils d’e-learning. Pas besoin de lancer une usine à gaz tout de suite : prenez votre temps pour tester les outils un par un et comprendre comment les intégrer dans une démarche pédagogique. Dernier élément selon Pascale “ne pas hésiter à se faire accompagner” ! Que ce soit pour construire sa première formation, découvrir le webmarketing ou créer sa présence en ligne et fidéliser une audience, il existe énormément de ressources sur le sujet et il faut parfois l’intervention d’un oeil extérieur pour se remettre correctement en question.

 

Vous avez créé une formation en e-learning, vous avez accompagné des formateurs, ou décidé que le digital learning ce n’était pas pour vous ? Partagez votre expérience en commentaire !

Pour aller plus loin, retrouvez notre article : les avantages des formations en digital learning.

 

Passionnée d’innovation, j’accompagne les entreprise dans la définition de leur stratégie de contenus web et j’interviens en conférences sur des sujets comme l’agilité ou la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend