Pédagogie

Choisir sa méthode pédagogique en fonction du contenu de formation

Choisir sa méthode pédagogique en fonction du contenu de formation Digiformag

Mener un temps de formation, c’est donner vie à son contenu, le révéler au grand public et le rendre accessible à cette assemblée qui trépide d’impatience de le découvrir. Mais comment l’amener et l’animer pour qu’il soit définitivement accepté et intégré par les stagiaires qui la composent ?

S’interroger au moment de préparer un temps de formation

Lorsqu’on prépare un temps de formation en tant que formateur, plusieurs questions peuvent venir à nous.
À partir de quel moment vais-je considérer le temps de formation abouti / réussi ? Quel message je souhaite faire passer aux stagiaires ? Comment le faire passer de sorte à ce qu’ils puissent le comprendre voire l’intégrer rapidement ? Quel traitement didactique ou quelles étapes vais-je suivre, pour mener ce temps de formation à son terme ? Quels seraient les critères et leurs indicateurs respectifs qui me permettraient de savoir si le temps de formation mené « chamboule » et favorise un « pas en avant » chez les stagiaires ? Quelle « méthode pédagogique » vais-je mettre en place pour animer ce temps de formation de sorte à ce que celle-ci soit la plus adaptée possible au contenu de formation ?

Cette dernière question concernant le choix de la méthode pédagogique à mobiliser pour animer un temps de formation est donc l’une des questions essentielles à se poser pour veiller aux progrès de nos stagiaires. Elle implique une réflexion en profondeur et celle-ci peut parfois ressembler à un satellite gravitant autour du contenu de formation sans pour autant venir à sa rencontre. La mission peut parfois être difficile et fastidieuse. Voici « un » éclairage sur cette réflexion pour lever le voile sur celle-ci et y voir un peu plus clair.

Les intérêts de choisir une méthode pédagogique appropriée au contenu de formation

Commencer à s’interroger sur la méthode pédagogique à mobiliser, c’est d’abord, tenter d’en percevoir les intérêts. En effet, si l’on parvient à les rendre explicites, alors il sera plus facile pour le formateur de faire un choix car à chaque fois qu’il trouvera une idée de méthode pédagogique, il pourra, avant de la valider, directement interroger cette trouvaille au regard des différents intérêts et voir si ceux-ci sont pris en compte ou non. Cette démarche entraine, selon moi, une plus grande efficacité dans le choix de la méthode pédagogique, qui se voit par conséquent, la plus adaptée possible au contenu de formation qu’il y a à mener.  Je pense que plusieurs intérêts découlent d’un choix judicieux de la méthode pédagogique par rapport au contenu de formation :

1. Dévoiler l’essence même du contenu de formation

L’idée soulevée ici consiste à dire que la méthode pédagogique choisie va permettre plus ou moins, de faire ressortir ce qui rend le contenu de formation spécifique. Le formateur peut se poser la question : « en quoi ce que je souhaite transmettre se différencie du contenu d’un autre temps de formation ? ».

Par exemple, pour un contenu de formation mettant l’accent sur les différentes subtilités qui apparaissent dans la manière d’interagir avec les stagiaires. Ce contenu de formation est plutôt « fin », il demande beaucoup de concentration et de différencier différentes manières d’interagir qui parfois peuvent être très proches. Ainsi, la méthode choisie est « dynamique et ludique », c’est-à-dire qu’il y a du mouvement et la forme « jeu » est privilégiée, il est « possible » que les stagiaires soient davantage concentrés sur la forme de transmission, qui se manifesterait par le fait de gagner, que sur le contenu même du temps de formation. Par conséquent, il est possible que cette forme de méthode pédagogique recouvre l’essence même du contenu de formation que le formateur souhaite aborder.

Ce premier intérêt peut servir de repère pour le formateur s’il se pose la question suivante, une fois la méthode pédagogique trouvée : « est-ce que la méthode pédagogique que je souhaite utiliser va réellement permettre aux stagiaires de porter leur attention dessus et de s’emparer du cœur du contenu de formation ? ».

2. Permettre de balayer le contenu de formation dans son ensemble

Le choix de la méthode pédagogique va contribuer au fait que le contenu de formation puisse être abordé en profondeur, et non de manière superficielle. En effet, il paraît important que la méthode pédagogique choisie puisse révéler l’ensemble du contenu de formation et éviter de limiter sa diffusion.

Par exemple, si l’objectif du temps de formation est d’approfondir des connaissances où le formateur recherche à parfaire les réflexions de leurs stagiaires, alors le « temps de réflexion » et « la forme » que cette réflexion va prendre, va jouer positivement ou négativement sur l’atteinte de l’objectif final. Si le temps de réflexion est trop court et qu’il est collectif, alors, d’un côté, les stagiaires risquent de ne pas avoir le temps de creuser leur réflexion et de l’autre, il est également possible qu’ils se « cachent » derrière d’autres stagiaires. Ceci risquerait alors de limiter la réflexion individuelle du fait qu’il y ait une mise en commun collective, à la suite de ce temps de réflexion donné aux différents groupes.

Ce deuxième intérêt peut servir de repère pour le formateur en se posant la question suivante : « est-ce que la méthode pédagogique que je souhaite utiliser me permet de voir l’ensemble du contenu de formation  ? ».

3. Favoriser l’appropriation du contenu par les stagiaires

La nature du contenu de formation peut influencer le choix de la méthode pédagogique, afin que les stagiaires se l’approprient plus facilement. En fonction de notre perception du contenu de formation, la méthode pédagogique utilisée peut être différente en fonction des formateurs.

Par exemple, si le contenu de formation abordé est lié à des connaissances relatives à la « législation », et que le formateur considère ce contenu de formation comme un contenu demandant encore plus d’attention et de concentration chez les stagiaires,  alors il peut être intéressant que la façon d’animer le temps de formation contraigne les stagiaires à être très rigoureux. La méthode pédagogique peut prévoir que pour passer d’une étape à l’autre, les stagiaires seront contraints de satisfaire aux exigences de l’étape n°1 avant de pouvoir passer à l’étape n°2 et ainsi de suite, comme dans un jeu de piste.

Par le biais de cette méthode pédagogique, les stagiaires ressentent que les contenus relatifs à la législation sont des contenus à prendre réellement avec sérieux et qu’il est nécessaire d’être rigoureux, quand il est question de législation. Ainsi, « l’atmosphère » de travail en lien avec le contenu, dans laquelle ils sont placés par le formateur, agira comme un repère. Les stagiaires pourront plus facilement s’approprier les connaissances relatives à la législation par la suite car, grâce à la méthode pédagogique utilisée, ils arriveront plus facilement à « penser législation », qui peut être considérée comme une manière de penser à part entière.

Ce troisième intérêt peut servir de repère pour le formateur en se posant la question suivante : « est-ce que la méthode pédagogique que je souhaite utiliser est liée à la nature même du contenu de formation ? ».

Choisir une méthode pédagogique en fonction d’un contenu : quelle démarche ?

Si le choix de la méthode pédagogique a son rôle à jouer dans l’efficacité du formateur, à transmettre un contenu de formation, comment en choisir une pertinente par rapport à son contenu ? Quelle démarche peut être suivie pour effectuer un choix de méthode pédagogique révélant pleinement, toute la valeur du contenu de formation et une intégration facilitée de celui-ci ?

1ère étape : déterminer le « thème » du temps de formation

Tout d’abord, le formateur décide du thème de formation ou sur quoi va porter le temps de formation qu’il a à mener.

2ème étape : déterminer « l’objectif » du contenu de formation

Ensuite, le formateur détermine avec précision, l’objectif du temps de formation. La formulation du verbe en début d’objectif, me paraît importante car celui-ci va directement impacter le choix de la méthode pédagogique. Si par exemple le verbe est « sensibiliser », la méthode pédagogique utilisée aura plutôt tendance à entrainer une première réflexion chez les stagiaires ; concrètement, on pourrait donner des citations aux stagiaires à partir desquelles, ils vont devoir faire émerger ce que ça leur évoque. Dans ce cas-là, le formateur « donne à réfléchir » sans pour autant aller dans le détail du contenu. A l’inverse, si le verbe est « approfondir », il peut être intéressant que la méthode pédagogique utilisée laisse apparaître certaines subtilités dans le dessein que les stagiaires approfondissent leur réflexion. Pour cela, le formateur peut même « se faire l’avocat du diable », pour réellement approfondir les connaissances issues du temps de formation.

3ème étape : déterminer le « type » du contenu de formation

Pour continuer, le formateur devra donc cibler le contenu de formation abordé, ce qu’il souhaite transmettre à ses stagiaires. Être au clair sur le contenu (considéré au sens large) à transmettre permet de délimiter le champ de connaissances faisant l’objet du temps de formation. Cette étape est importante car en fonction du nombre et du type de connaissances mobilisées, la méthode pédagogique utilisée sera différente. Si les contenus sont nombreux, alors peut-être qu’une méthode pédagogique composée de plusieurs temps courts et où les connaissances vues à chacun de ces temps sont transmises sans à avoir à effectuer une recherche approfondie de celles-ci, peut être particulièrement intéressante.

4ème étape : déterminer le « type de méthode pédagogique » du contenu de formation

Pour aller plus loin, le formateur se positionne également sur le type de méthode pédagogique qu’il va utiliser en répondant aux questions suivantes : est-ce que je laisse aux stagiaires le temps de réfléchir ? Est-ce que je souhaite qu’ils réagissent de manière plutôt spontanée du type brainstorming ? Est-ce que je souhaite qu’ils s’appuient sur leur vécu pour pouvoir aborder les contenus de formation ? Le formateur effectuera donc un choix de méthode pédagogique au caractère plutôt magistral par exemple, ou encore une méthode pédagogique où les stagiaires partent de leur expérience…

5ème étape : « choisir la méthode pédagogique » du contenu de formation

Enfin, il s’agit pour le formateur de faire le choix d’une méthode pédagogique plutôt « dynamique », « directe » (questions-réponses) ou « indirecte » (réflexions de la part des stagiaires et on met en commun après), « individuelle » ou « en groupe » ou « mixée ». A cette étape, il fait un choix définitif qui sera retenu pour animer le temps de formation.

Par exemple, le formateur peut opter pour une méthode pédagogique « dynamique » avec des « temps courts de travail » successifs. Il prépare une frise reprenant les différentes étapes d’une journée type d’une formation en présentiel et à chacune de ces étapes, il donne plusieurs mots qui sont inscrits sur un bout de papier et parmi eux, certains sont corrects, d’autres non. Les stagiaires ont pour consigne de faire du tri et de ne retenir que ceux qui leur paraissent correspondre à cette étape de la journée. L’exercice est répété pour chaque étape de cette journée type. Dans cet exemple, les stagiaires ont les réponses sous les yeux qu’ils doivent repérer et ils n’ont aucunement besoin de trouver ce qu’il y a à faire à tel ou tel moment de la journée mais simplement d’identifier ce qui leur parait le plus logique.

Cette manière de fonctionner permet, malgré la quantité importante d’informations à retenir, de maintenir l’attention des stagiaires, qui est, certes sollicitée plusieurs fois, mais sur une courte durée, ce qui favorise l’intégration du contenu de formation.

Et concrètement, ça donne quoi ?

Afin de rendre plus concrets ces propos, je vous propose de les illustrer avec un exemple de construction d’une méthode pédagogique en fonction du contenu d’un temps de formation, pour le public « formateurs ».

1. Thème du temps de formation

Le thème qui est choisi pour cet exemple est « la posture du formateur ». Ce temps de formation a pour objet d’inviter les formateurs à s’interroger sur leur posture professionnelle, lorsqu’ils animent une formation. L’intitulé de ce temps de formation pourrait être le suivant : « le positionnement du formateur lors de l’animation d’un temps de formation ».

2. Objectif du temps de formation

L’objectif retenu ici est de « découvrir différentes approches de la formation » en tant que nouveau formateur. Il s’agit à cette étape que le nouveau formateur ait conscience de différentes manières de fonctionner pour transmettre un contenu.

3. Type de contenu du temps de formation

Le contenu abordé peut être le suivant :

approche descendante ou « top down » : le formateur transmet de manière magistrale, un savoir à ses stagiaires, lesquels vont devoir le comprendre et se l’approprier. Il présente sa conception et chercher à convaincre les stagiaires par le biais de l’argumentation.

approche ascendante ou « bottom up » : le formateur part des expériences des stagiaires, d’exemples de terrain à partir desquels il formalise des idées pour aller vers le contenu à transmettre. Il confronte les stagiaires à leurs obstacles qui peuvent être des croyances, des blocages affectifs, pour pouvoir les dépasser.

approche exploratoire : le formateur propose différents contenus aux stagiaires (par exemple sous forme vidéo) et ces derniers vont devoir essayer de repérer les contenus que souhaite aborder le formateur ; pour cela il oriente le regard des stagiaires en leur donnant un critère d’observation.

4. Type de méthode pédagogique du temps de formation

Au regard de l’objectif qui est donné à ce temps de formation, à destination des nouveaux formateurs, qui, pour rappel, consiste à « découvrir différentes approches de la formation », le choix qui semble être le plus cohérent au regard de cet objectif serait d’utiliser comme méthode pédagogique, une « approche exploratoire ». En effet, si les stagiaires ont une très faible expérience de la formation, alors le fait d’observer et de mettre en mots les différentes approches (qui est le contenu du temps de formation), peut leur permettre de mieux distinguer celles-ci, de manière claire.

5. Choix de la méthode pédagogique du temps de formation

Plus concrètement, le formateur montre des vidéos aux stagiaires qui illustrent telle ou telle approche de la formation. A partir du visionnage de la première vidéo, le formateur demande aux stagiaires de décrire individuellement la manière que le formateur utilise dans la vidéo pour transmettre le contenu. Puis, il propose une deuxième vidéo et enfin une troisième vidéo, lesquelles illustrant chacune un type d’approche de la formation. Suite à ce temps d’observation des vidéos, il y a un temps d’échange entre formateur et stagiaires par rapport à ces vidéos de sorte à faire correspondre le type d’approche observée (ascendante, descendante, exploratoire) à la vidéo regardée.

Les stagiaires, à travers cette méthode pédagogique, découvrent les différentes approches puisque le nom de celles-ci sont laissées à la discrétion du formateur dans un premier temps. Sur la fin du temps de formation, le formateur fait un bilan des échanges entre lui-même et les stagiaires de sorte à nommer les différents types d’approches qui peuvent être utilisées pour animer un temps de formation en tant que formateur.

Prendre en compte le contenu de formation, oui, mais c’est tout ?

Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, faire un choix de méthode pédagogique en corrélation avec le contenu du temps de formation, semble bien être une piste des plus intéressantes sur laquelle s’engager. Toutefois, il me paraît important de mesurer l’impact de la prise en compte du contenu de formation dans le choix de la méthode pédagogique en mettant en exergue l’idée que la méthode pédagogique choisie, est aussi dépendante d’autres facteurs tels que le « contexte du moment » dans lequel se trouve le groupe de stagiaires, mais aussi en fonction des « caractéristiques des stagiaires eux-mêmes ».

Si par exemple la méthode pédagogique, très bien adaptée au contenu de formation, est basée sur une réflexion importante de la part des stagiaires, et que ceux-ci sont, à ce moment-là, fatigués et peu réceptifs, alors le contexte est à prendre à compte et il peut être des plus judicieux que la méthode pédagogique utilisée par le formateur, plus dynamique, voire, que celle-ci soit changée par le formateur. Le contenu de formation, le contexte et les stagiaires sont donc pour moi, trois facteurs interdépendants, à prendre en compte, pour effectuer un choix de méthode pédagogique des plus adapté, pour l’animation d’un temps de formation.

S’il est incontournable pour les formateurs, de faire des choix de méthodes pédagogiques pour animer leurs temps de formation, cette partie du travail du formateur peut être fastidieuse et requière, chez les formateurs, de maîtriser pleinement le contenu du temps de formation pour pouvoir ainsi, le « didactiser » de sorte à le rendre le plus accessible possible à ses stagiaires. Penser les étapes par lesquelles passer, c’est au final penser l’accompagnement des stagiaires, dans l’intégration du contenu de formation qu’ils reçoivent, qu’ils s’approprient. Si la prise en compte du contenu de formation, pour élaborer une méthode pédagogique, est insuffisante, il paraît bien être un incontournable pour veiller à augmenter les chances de succès chez les stagiaires, de ressortir grandis, du temps de formation qu’ils ont vécu.

À lire également : Actions de formation dispensées à des créateurs d’entreprise : Comment créer un test de positionnement à distance adapté à ce type de stagiaires ?

Animé depuis une vingtaine d’années par la pédagogie, j’enseigne l’EPS et forme avec plaisir les formateurs, entraineurs, enseignants ainsi que les animateurs et directeurs d’accueil collectif de mineurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend