E-learning

Les tendances e-learning en 2022

Après les secousses provoquées par une pandémie mondiale en 2020, le monde de la formation a petit à petit su s’adapter et créer de nouveaux espaces pour l’apprentissage. Les formations en distanciel se multiplient et de nouvelles modalités voient le jour. Où en est-on aujourd’hui ? Que peut-on espérer pour l’année à venir ?

Retrouvez les dernières tendances e-learning en 2022.

Ce que la Covid-19 a changé

L’isolement forcé depuis 2020 a enclenché une grande remise en question de beaucoup d’actifs, sur leur façon de travailler ou même sur le sens de leur emploi. Leurs attentes vis-à-vis de la formation s’en trouvent naturellement changées.

L’isolement au travail

À force de réunions Teams, de travail à la maison et de déjeuner solo, les actifs de France se sentent plus seuls. La formation est un des leviers utilisés pour sortir de son isolement : l’apprentissage collaboratif a été une des formes d’e-learning les plus demandées selon l’enquête L&D Global Sentiment Survey. Plébiscité en 2021 et en 2022, l’apprentissage social est en ligne de mire de chaque formation. 

La remise en question

Qui n’a pas entendu des histoires de reconversion à la suite de la crise sanitaire ? Nombreux sont les actifs qui ont envie de donner un nouveau sens à leur carrière. C’est pourquoi ils sont en phase de requalification ou de perfectionnement. La première dans l’optique de changer d’emploi, la seconde, pour s’améliorer et viser un autre poste du même secteur.

Tout en gardant en tête ces deux aspirations, voyons ce qui change du côté de ceux qui font la formation.

Motiver l’apprenant reste le plus gros défi de l’année

Via son enquête, L&D démontre que le challenge de l’année 2022 pour les formateurs reste l’implication des apprenants dans leurs formations. Comment les aider à se sentir plus concernés ? Est-ce qu’il y a des pratiques dans d’autres domaines dont on peut s’inspirer au bon moment ? 

À voir également : Replay du webinaire : Formation à distance, ce que le Covid nous a appris

Travailler l’expérience utilisateur

Prenons l’exemple de Netflix. Tout le catalogue n’est pas visible sur l’écran et heureusement pour nous ! En plus des dernières sorties et des top tendance, Netflix a développé un algorithme par affinités : si vous avez aimé ce contenu, vous devriez aimer ceux-ci. Pour lutter contre l’indécision chronique que peut déclencher la plateforme, les créateurs ont lancé l’option Shuffle qui choisit au hasard une vidéo. 

Comment reprendre les techniques de Netflix pour vos formations ? 

Lorsque vous imaginez l’affichage de votre catalogue de formation, pensez à trois voies (individuelles ou complémentaires) :

  1. Ne montrez pas tout : inutile de présenter tout votre catalogue d’un coup, cela peut encourager l’indécision.
  2. Proposez des sujets par affinités : il y a des chances qu’un apprenant ayant démarré une formation dans une famille de soft skills soit intéressé par un autre contenu de la même famille. 
  3. Ouvrez des horizons : sur Netflix, vous n’êtes pas uniquement et exclusivement amateur de comédie. Eh bien c’est pareil pour votre catalogue. Proposez aussi d’autres sujets, via un rubriquage intelligent, pour ouvrir d’autres perspectives.

Grâce aux algorithmes, vous proposez des e-learning personnalisés qui ont plus de chances de satisfaire vos apprenants.

Via ces techniques, vous développez la politique des 3B : le Bon contenu pour la Bonne personne au Bon moment.

À voir également : Les nouveaux métiers au sein des OF

S’appuyer sur la technologie

Comment transformer un parcours unique en plusieurs parcours personnalisés sans embaucher une armée de formateurs ? Grâce aux algorithmes. Bien utiles dans la sélection, ils servent aussi pour l’avancement de la formation. 

L'arbre de décision

Pour se faire, il faut reprendre le principe de l’arbre de décision : en fonction du niveau de l’apprenant (au début ou pendant la formation), celui-ci est orienté sur tel ou tel module. 

Lorsque le module est terminé, vous évaluez les connaissances et les blocages de votre apprenant via une série de questions. Selon les réponses, vous l’orientez sur un nouveau module (si l’apprenant a tout compris) ou sur un module complémentaire (s’il a besoin de mieux comprendre). 

Attention toutefois : aussi performante que soit la technologie, elle ne remplace pas l’empathie, la finesse et les nuances du formateur.

À lire également : Comment innover dans la formation à distance ?

Proposer du contenu granulaire

Avant ou après avoir tourné vos modules vidéo, il est intéressant de se poser pour déterminer sous quelle forme vous allez les proposer à vos apprenants. 

Afin d’éviter le burn out attentionnel, pensez aux micromodules sous le modèle du snack content : des vidéos entre 2 et 5 minutes qui vont droit au but et ne contiennent que quelques notions clés. 

Plus faciles à regarder dans le métro ou entre deux réunions et plus adaptées à un planning chargé, elles encouragent le suivi d’une formation. Cet exercice pousse à revoir ses contenus, à retravailler ses phrases et à supprimer le superflu pour être plus impactant. Un véritable gain dans l’ergonomie pédagogique.

Les solutions en développement

Séduisantes et populaires, de nouvelles solutions émergent du côté de la formation. Toutefois, il faut savoir qu’elles sont plus dans la bouche des influenceurs de la formation que dans les mains des formateurs. Nous pouvons citer :

  • Le Learner Generated Content où l’apprenant dessine la formation. Le formateur ne fait que suivre en enrichir le contenu afin d’atteindre les objectifs de la formation ;
  • Les MasterClass où les rock-star de tous milieux partagent leur expérience ;
  • Le podcast qui se développe de partout, mais n’affiche pas une pointe en formation.

 

Cette année, comme avant, certains principes restent immuables : la classe virtuelle, la personnalisation, le mobile learning. En 2022 aussi, inutile d’espérer une révolution, vu le délai de mise en place d’un changement et le paysage hétérogène de la formation. Mais quelques retours d’expériences et remontées d’informations d’apprenants ne font jamais de mal pour proposer autre chose.

Diplômée d’un Master 2 en communication à Sciences Po Grenoble, je travaille essentiellement dans des domaines B2B. Après quelques expériences dans le web, je me suis spécialisée en création, optimisation et pilotage de contenus. J’évolue dans des domaines autour de la formation, des RH et du digital. Je m’intéresse particulièrement aux nouvelles méthodes d’enseignement et à la valeur ajoutée du numérique dans l’apprentissage.

2 Comments

  1. Merci à vous pour ce partage d’info. Je suis actuellement en construction d’un système de veille autour de la pédagogie des adultes inclus les nouvelles méthodes d’apprentissage. Votre article présente plusieurs idées qui méritent d’être partagé avec la communauté des éducateurs et ingénieurs pédagogique souhaitant développer les modalités des formations

    1. Merci Loubna pour votre commentaire ! N’hésitez pas à lire d’autres articles pour obtenir plus de réponse.
      Bonne journée, Raphaële

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Send this to a friend