Pédagogie

On a testé : filmer ses formations avec la caméra Mevo

Filmer les formations, chez Digiforma on y croit beaucoup. On accompagne depuis des années une école parisienne qui a significativement augmenté son chiffre d’affaires en diffusant ses formations en ligne auprès de stagiaires en province. On pense également à l’accompagnement post formation: pouvoir revoir des moments en vidéos c’est un vrai plus pour l’ex stagiaire. Et pour le formateur, c’est du contenu exploitable pour créer des modules e-learning d’ancrage des connaissances.

Mais le gros problème avec la vidéo c’est la complexité et le coût de mise en oeuvre de la captation. On rêve d’un système simple et pas cher qui soit à la portée de tous les formateurs. On a testé la caméra Mevo Plus de Livestream qui nous a enthousiasmées. A-t-on enfin trouvé LA pépite ?

Une petite caméra qui tient dans la paume de la main

Avant toute chose parlons du prix: elle coûte 499€. C’est pas donné, mais ça reste acceptable, surtout si son utilisation pertinente apporte une vraie plus value, voir des nouvelles sources de revenus pour le formateur. De toute manière il est dur d’espérer vraiment moins cher, le point critique pour nous, c’est la facilité de mise en oeuvre.

Ce qui frappe en premier c’est sa taille. Elle est vraiment petite. En même temps elle semble solide, la construction est très qualitative. En tout et pour tout, un seul bouton au-dessus, et une prise USB à l’arrière. Sur la face avant, l’objectif du capteur vidéo 4K, et en dessous la grille du microphone. L’objet inspire vraiment confiance et respire la simplicité. Le déclenchement et le contrôle de la caméra se font depuis une application mobile (Android ou iOS). A noter que la caméra peut fonctionner sans prise secteur, mais la batterie ne tient qu’une heure. Pour durer plus longtemps, trois possibilités: se brancher au secteur via la prise USB, utiliser une batterie externe USB comme celles utilisées pour les téléphones, ou acheter l’onéreuse batterie externe spécialement conçue par Livestream: Mevo Boost qui dure 10 heures (260€). Sous la caméra, un pas de vis pour se fixer sur un trépied de photographe.

En pratique le trépied est quasi obligatoire. Sans lui, difficile de positionner la caméra dans la salle au bon endroit pour prendre la meilleure prise de vue. La mise en oeuvre reste quand même très simple: déplier un trépied télescopique, visser la caméra dessus, poser le tout au fond de la salle, puis appuyer sur le bouton marche. Toute la suite se passera dans l’application mobile qui est vraiment le cœur de l’expérience proposée par la Mevo.

Une application relativement simple

La simplicité c’est assez subjectif: pour une personne familière du numérique et des applications smartphone, l’application va vraiment donner une impression de simplicité agréable. Maintenant on est quand même déçu que Livestream ne soit pas allé encore plus loin dans l’effort de simplification. Surtout quand on voit le côté épuré du matériel, on aurait aimé retrouver le même ressenti dans l’application. En pratique il va falloir jouer un peu avec le logiciel pour se familiariser. On reste tout de même très loin de la complexité habituellement associée à l’univers de la vidéo.

Dès le démarrage l’application va essayer de se connecter à la caméra. La détection de la caméra se fait facilement, et l’application propose alors de se connecter à un wifi émis par la caméra. L’interface donne alors accès au flux vidéo, et à quelques boutons de paramétrages son et vidéo. L’enregistrement se fait sur la carte SD insérée dans la caméra. Il est possible également de diffuser en direct la vidéo, soit sur Livestream, soit sur un serveur de streaming tiers via le protocole classique Rtmp. En cas de streaming, il est évidemment recommandé de diminuer fortement la résolution de l’image, en 720p voir 1080p en fonction de la qualité de la connexion internet.

Un point particulièrement intéressant est la facilité de cadrage. Il est possible de créer un cadrage simplement à deux doigts dans la vidéo. L’objectif 4K donne une bonne marge de manœuvre pour zoomer sans perdre de qualité si la vidéo est enregistrée dans un format plus raisonnable Full HD. On peut créer ainsi plusieurs cadrages différents et passer facilement de l’un à l’autre en un simple clic. Il existe également un mode automatique, la caméra décidant seule de passer d’un cadrage à un autre en fonction de ce qu’elle analyse dans l’image. A l’usage cette fonction a l’avantage de créer des vidéos plus dynamiques, avec des points de vue changeants. Par contre les changements ne sont pas toujours bien à propos. Un mode de détection et suivi automatique des visages existe également, mais il est à réserver à une situation où la caméra ne risque pas de voir un autre visage que celui du formateur dans son champ.

Une autre fonction que nous avons bien appréciée est la possibilité d’appliquer un filtre sur l’image (à la manière d’Instagram). Les salles de formation sont loin d’avoir un éclairage de scène de concert, ces filtres peuvent vraiment aider à rendre moins terne la prise de vue.

Le souci de la prise de son

Une prise de son de qualité est une difficulté majeure de toute captation vidéo. Évidemment avec un système aussi restreint, difficile de faire des miracles. La Mevo propose quand même deux options: la prise de son d’ambiance via le micro intégré à la caméra, ou une prise de son depuis le smartphone de contrôle.

La prise de son d’ambiance fonctionne relativement bien, on entend le formateur malgré les bruits ambiants. Si la caméra est au fond de la salle, le rendu audio fera une vidéo acceptable uniquement comme enregistrement accessible aux stagiaires post-formation. Pour avoir une qualité suffisante pour d’autres cas d’usages (audience distante, streaming, contenu e-learning…) il faudra positionner la caméra beaucoup plus près du formateur, ce qui restreint le champ de caméra et force le formateur à rester assis. Ce type de configuration ne marche que dans des formations « conférences ».

L’autre option est de réaliser la prise de son depuis le smartphone. Cette approche est très intéressante pour capturer de manière optimale la voix du formateur. Le smartphone restant près de lui, le son capté par le micro du smartphone ou bien par le microphone d’une paire d’écouteurs est d’excellente qualité. Dans une configuration de conférence, on peut positionner la caméra en fond de salle, et brancher au smartphone un petit micro sur pied, on a alors une captation image et son digne d’une installation beaucoup plus chère et complexe.

Conclusion

Avec la caméra Mevo, la captation vidéo de formation devient plus facile pour un formateur enthousiasmé par les perspectives offertes. Pour une fraction du coût et de la complexité d’une captation vidéo classique, on peut créer des contenus de qualité à condition d’être dans une configuration de formation type « conférence ». L’application reste au final simple d’emploi et permet au formateur motivé de gérer la captation tout seul en parallèle de la formation.

Notre principal reproche concerne plutôt la post-production et la mise en ligne. La caméra Mevo est créée par Livestream, une filiale de Vimeo spécialisée dans le streaming. La solution mise en avant est donc évidemment d’envoyer en direct le flux sur Livestream, sans montage. Dans le cadre de formation, on privilégiera plutôt des plateformes e-learning, et on aura tendance à réaliser une post-production au moins minimale de chapitrage. Il faudra donc chercher des solutions tierces pour cela, éloignant encore un peu le formateur motivé d’une solution complète, clé en main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend