E-learning, Pédagogie

Comment mieux comprendre ses apprenants en e-learning ?

Personnalisation, personnalisation, personnalisation.
Tous les gourous de la formation n’ont que ce mot à la bouche. Très bien, mais comment faire ? Par quels moyens passer pour créer un parcours personnalisé qui colle au plus près des besoins réels des apprenants ? Comment leur apporter satisfaction dans le contenu et la finalité de leur apprentissage ?

Sans vous faire un inventaire à la Prévert, nous pouvons vous donner une piste : la connaissance. Vous répondrez forcément mieux aux attentes de vos apprenants si vous les connaissez.

Vous ne savez pas par où commencer ? Quelles questions sont à poser ? Aucun souci, voici notre plan pour vous aider à mieux appréhender votre public.

À lire également : gérer la communication avec vos apprenants avant et après une formation

Faire un constat en amont

Un des moments phares pour votre enquête sur vos stagiaires se situe en amont. En amont de la formation en elle-même, voire, en amont de sa conception. Vous serez ainsi guidé dans votre approche, vos objectifs, vos publics.

Les réponses sont destinées à se compiler d’une session à l’autre. Plus vous ajoutez d’informations sur tous vos apprenants, plus vous proposez un format et un contenu adaptés. N’hésitez pas à automatiser ces questionnaires avant les sessions (dans un mail automatique par exemple) pour obtenir le maximum de données qualifiées.

À lire également : comment stimuler votre communauté d’apprentissage à distance ?

Posez des questions à vos apprenants sur leurs appétences technologiques

Vos questions Vous guideront pour
Sont-ils à l’aise sur les outils numériques ? Dessiner leur environnement pédagogique et savoir si vous pouvez ajouter des technologies de pointe (Réalité Virtuelle…)
Ont-ils un smartphone ? Vont-ils l’utiliser pour l’e-learning ? Adapter vos design en fonction de leur écran.
Ont-ils accès à la fibre ou à la 4G/5G ? Savoir si vous pouvez vous appuyer sur des médias qui utilisent peu ou beaucoup de bande passante (texte vs vidéo).
Peuvent-ils visionner des vidéos avec le son ? Ajouter des sous-titres à vos vidéos ou non.
Ont-ils des réseaux préférés ? Si vous sortez de votre plateforme, vous connaîtrez déjà les réseaux à privilégier ou à éviter. Surtout dans une stratégie de social learning.

Interrogez-les sur leur rapport à la formation

Vos questions Vous guideront pour
De quand date leur dernière formation ? Adapter votre présentation et préciser au besoin les modalités.
En suivent-ils régulièrement ? Distinguer ceux qui sont habitués au format de ceux qu’il faut raccrocher au projet.
Sont-ils capables de s’auto-évaluer ? Placer des auto-test plus ou moins régulièrement sur le parcours d’e-learning.
Sont-ils plutôt indépendants ou reposent-ils sur le groupe ? Créer des animations en fonction des profils qui ressortent.
Vont-ils apprendre seuls ou en groupe ? Développer ou non des activités encourageant l’interaction avec les collègues et axer vos cas pratiques sur les problématiques de tout le groupe ou sur des cas de figure plus généraux.
Ont-ils eu une expérience d’e-learning négative ? Noter les points de friction et lever les freins.
Ont-ils du temps à consacrer à la formation ? Savoir si vous faites face à des apprenants motivés, qui se formeront de manière active et voir la durée de chaque module.

Questionnez-les sur leur intérêt

Vos questions Vous guideront pour
Quel niveau de compétences possèdent-ils avant la formation ? Connaître le niveau hétérogène ou homogène du groupe et savoir quelles lacunes combler.
Comment comptent-ils exploiter ces nouveaux apprentissages ? Avoir leurs objectifs en tête afin de créer un contenu qui les aide réellement à réussir. Construire des ateliers théoriques et mises en situation en phase avec leur application.
Dans combien de temps ? Vous guider dans le choix d’un e-learning plus ou moins court-terme, plus ou moins concret.
De quels feedbacks ont-ils besoin et par quels moyens ? Adapter les moyens aux profils pour choisir le meilleur support et ajouter de la valeur à votre formation.
Quels sont leurs obstacles ? Lister les raisons qui empêchent de commencer ou terminer un e-learning et construire des réponses ad hoc comme un horaire flexible ou un parcours interactif.

 À voir également :

Détecter les modes de pensée

Vous voulez aller plus loin ? Couplez ces questions fondatrices avec une autre liste : celle des profils. En début et en cours de session, vous arriverez à classifier vos stagiaires selon leur façon d’apprendre afin de proposer contenus et formats réellement adaptés à leur manière de capter l’information. Nous avons retenu la méthode HBDI, appelée aussi la préférence cérébrale d’Hermann puisqu’elle est concrète dans la lecture des comportements et facilement actionnable en conséquence. Appréciée en Ressources Humaines et utilisée depuis de nombreuses années, elle s’intéresse à nos motivations et à nos réactions en cas de stress.

Le mode de pensée analytique

Le stagiaire possède un profil très factuel, il fait appel à la logique, la critique et réagit au quantitatif.

Son comportement : il est précis et minutieux dans sa compréhension, comme dans sa restitution. Ce profil compile faits et chiffres, analyse et résout ses problèmes de façon logique.

Le mode de pensée séquentiel

Assez proche de son voisin, ce stagiaire est très structuré. Il aime le détail et la planification, le rendant assez prudent.

Son comportement : puisqu’il a une lecture des événements pratique, il pense en termes de planning et relève les défauts. Son gros atout : il va au bout des choses.

Le mode de pensée interpersonnel

Il est là notre profil émotionnel ! Sensible et kinesthésique, il réagit aux émotions et au spirituel.

Son comportement : vu qu’il lit les autres, il les comprend bien et anticipe leurs réactions. Il perçoit les communications non verbales et crée la cohésion de groupe. Il partage et conseille beaucoup.

Le mode de pensée imaginatif

Cet apprenant vit les événements de manière intuitive, holistique et conceptuelle. Il perçoit mieux le groupe que l’individu.

Son comportement : il intègre facilement les idées, invente de nouvelles solutions, intègre plusieurs paramètres en simultanée et tolère l’ambiguïté. Il sent le mouvement dans le groupe et possède une vision très globale du sujet.

Si vous cherchez d’autres classifications des apprenants, tournez-vous vers les 7 profils d’apprentissage de Jean-François Michel ou le profil de Felder et Soloman.

En lieu et place des profils psychologiques ou en complément, vous pouvez construire un tableau des profils technologiques. Concentrez-vous plus sur leur rapport à l’outil via lequel ils participent à l’e-learning : sont-ils statiques et un peu perdus ? Cliquent-ils de partout ? Ont-ils besoin de boutons clairs ou appréhendent-ils le support de façon assez intuitive ? Vous saurez ainsi quels design et fonctionnalités déployer afin de leur offrir la meilleure expérience possible.

Diplômée d’un Master 2 en communication à Sciences Po Grenoble, je travaille essentiellement dans des domaines B2B. Après quelques expériences dans le web, je me suis spécialisée en création, optimisation et pilotage de contenus. J’évolue dans des domaines autour de la formation, des RH et du digital. Je m’intéresse particulièrement aux nouvelles méthodes d’enseignement et à la valeur ajoutée du numérique dans l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend