Pédagogie

Place et rôle du tuteur en entreprise

Apprenti, stagiaire, intérimaire ou encore salarié intégrant une nouvelle entreprise, il est fort possible que vous soyez accompagnés au démarrage par un tuteur désigné. Ce dernier doit, en effet, accueillir puis veiller à la bonne intégration du nouveau collaborateur au sein de l’équipe et à son poste de travail. Il peut également accompagner un de ses collègues faisant l’objet d’une promotion ou d’une reconversion. 

Si la promesse de départ est séduisante, il n’en demeure pas moins que cette démarche doit être encadrée afin qu’elle s’avère réellement bénéfique pour l’ensemble des parties impliquées. 

Des conditions à respecter 

Devenir tuteur repose sur la base du volontariat. Néanmoins, celui-ci doit disposer d’une expérience significative de plusieurs années et détenir une appétence manifeste pour la transmission. C’est ensuite l’employeur qui va choisir la personne retenue pour assumer cette fonction. 

Une durée et un champ d’action inhérents à cette nouvelle activité devront également être établis par les ressources humaines. De même, il est indispensable d’expliciter le rôle et les attentes liés à ce fonctionnement ainsi que le lien hiérarchique existant le cas échéant. 

Un rôle et des missions bien définis 

Le tuteur va avoir un rôle clé concernant l’intégration du futur apprenant au sein de l’équipe. C’est la raison pour laquelle il s’agit généralement d’un travailleur expérimenté, maitrisant parfaitement la culture, l’organigramme et le fonctionnement global de l’entreprise. Sa connaissance des différents collaborateurs, leurs fonctions et leurs personnalités lui permettent de se positionner avec justesse et de conseiller habilement l’apprenant quant aux interactions futures qu’il entretiendra avec son équipe. 

Il doit également veiller à ce que l’apprenant acquière les bonnes connaissances et compétences associées à ses futures missions. De ce fait, il peut définir un parcours d’apprentissage et s’assurer de la bonne acquisition des savoirs par le biais d’un système d’évaluation adéquat. 

Enfin, il peut servir de relais entre l’apprenant et les autres salariés mais également auprès des ressources humaines ou la Direction. 

À lire également : Onboarding et formation : on en parle ?

Une posture et des qualités éprouvées 

Afin que le tuteur soit à l’aise dans le cadre de son accompagnement et que l’apprenant tire pleinement les bénéfices de cette association, il devra posséder des qualités indispensables à la réussite de ce projet. 

Le tuteur sera donc un collaborateur sachant faire preuve d’empathie afin de comprendre la situation et l’état d’esprit de l’apprenant. Il devra également être à l’aise au niveau de la communication afin d’interagir au mieux avec ce dernier. Il devra adopter une position modeste et d’ouverture, acceptant de remettre en questionnement ses pratiques et désireux de se tenir informé de l’évolution de son métier.  

Outre ses compétences techniques, il est également nécessaire qu’il fasse preuve de pédagogie et sache se mettre au niveau de la personne accompagnée. Il est impératif qu’il maitrise a minima les méthodes pédagogiques existantes ainsi que les différentes modalités d’évaluation qu’il peut mettre en œuvre afin d’évaluer régulièrement la progression de l’apprenant.

Enfin, c’est la discrétion, la patience et la bienveillance dont il fera preuve à l’égard de son collègue qui permettront l’instauration d’un cadre de travail sain et épanouissant. 

Un fonctionnement gagnant pour tous  

Cette démarche, bien amenée et encadrée, présente de nombreux avantages à bien des égards. Dans un premier temps, elle permet à l’entreprise de mettre en évidence les futurs tuteurs en reconnaissant leurs savoir-faire et en leur attribuant de nouvelles responsabilités.

En ce sens, elle démontre la confiance qu’elle porte vis-à-vis d’eux tout en leur permettant de développer de nouvelles compétences et de diversifier leurs tâches. 

Pour l’apprenant, c’est une chance d’être accompagné par un professionnel reconnu qui va pouvoir lui inculquer de bonnes méthodes de travail et lui prodiguer des conseils efficaces. C’est également une personne référente vers laquelle il va pouvoir se tourner en cas d’interrogations ou d’inquiétudes. 

Pour l’entreprise, ce dispositif facilite la transmission de son patrimoine intellectuel et participe à la cohésion de groupe. Ce type d’action la place également dans une démarche d’entreprise inclusive soucieuse du bien-être de ses collaborateurs. 

Points de vigilance et risques 

Néanmoins, la mise en place d’un système de tutorat ne doit pas être prise à la légère. Cette fonction nécessite de véritables compétences et des qualités intrinsèques. 

En effet, former et accompagner un apprenant exige d’être à même de pouvoir élaborer un dispositif complet d’accompagnement ou du moins de comprendre pleinement celui qui a été mis en place par les ressources humaines ainsi que les enjeux associés. 

En outre, le tuteur doit s’assurer de la montée en compétences du travailleur accompagné par l’intermédiaire de processus d’évaluation réfléchis et adaptés. Dans certaines situations (par exemple dans le cadre de l’apprentissage), il sera également amené à échanger et collaborer avec le centre de formation, nécessitant ainsi une véritable implication de sa part. Aussi, le tuteur en question devra intégrer la temporalité dans laquelle son champ d’action s’inscrit et se montrer disponible et opérationnel durant toute cette durée. 

Par ailleurs, il est fortement conseillé de bien définir son champ d’intervention et son positionnement hiérarchique vis-à-vis de l’apprenant. Il est davantage considéré comme un facilitateur, un guide plutôt qu’un manager à part entière. L’éclaircissement de ces points évitera certaines situations potentiellement litigieuses entre les différents protagonistes.  

Vous l’avez compris, devenir tuteur ne s’improvise pas. C’est une aventure qui peut être passionnante et enrichissante, mais qui doit être mûrement réfléchie par l’ensemble des personnes impliquées. C’est la raison pour laquelle de nombreux organismes proposent des formations permettant de se former aux enjeux et à la bonne compréhension de ce dispositif. 

À lire également : « Comment je suis devenu tuteur en ligne pour des formateurs professionnels » Découvrez le témoignage de Marcel Gonzalvez

Pour aller plus loin : 

Témoignage d’un tuteur et de son apprenti 

Plus d’info sur ce qu’est une entreprise inclusive 

Passionné par la pédagogie, la lecture et l’écriture, je travaille depuis plusieurs années dans l’univers de l’enseignement / la formation et la rédaction. Actuellement gérant d’une agence de soutien scolaire et rédacteur indépendant, je suis très sensible à la réussite des élèves / apprenants et m’intéresse tout particulièrement aux questionnements relatifs à l’optimisation de la relation pédagogique, à la didactique et aux processus d’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend